[Masse Critique Babelio] – « Les frangines » de Denis Soula

Chronique #112

Juin 2015

Titre : Les frangines
Auteur : Denis Soula
Editeur : Editions Joelle Losfeld
Parution : 4 mai 2015
Nombre de pages : 120 pages
Genre : littérature française

Un grand merci à Babelio et aux éditions Joelle Losfeld !

masse_critique


Résumé couverture

Les frangines est une histoire familiale entre deux soeurs qui s’aiment de façon inconditionnelle mais que tout oppose. L’une est joueuse de cartes professionnelle, vit la nuit une existence en marge dans les casinos ou les clubs, rencontre parfois des hommes qui lui proposent de s’installer avec eux, et les suit. L’autre est mère de famille, célibataire, travaille d’arrache-pied pour subvenir aux besoins de ses enfants. Leur différence enrichit leur relation et c’est souvent qu’elles se retrouvent pour partager les difficultés, la fuite du temps, tout comme les bonheurs liés à ce sentiment que chaque événement doit se vivre comme un moment unique. Mais quelque chose d’imprévu va chambouler leur vie à jamais. Ce court roman de Denis Soula est à la fois rigoureux et inventif. L’écriture, sans apprêt, est soutenue par une émotion palpable, au plus près de ses personnages.


Mon avis

Avec sa couverture si chatoyante et son titre assez léger, je m’attendais à une lecture « sous le soleil des tropiques » où deux soeurs seraient en train de s’enfiler des cocktails en veux-tu en voilà. Mais non. Bien au contraire. Ce livre est beaucoup plus sombre et intense que je ne l’avais originellement pensé. Pas dans le mauvais sens du terme, néanmoins. Ce petit livre d’à peine 120 pages ne vous laissera pas indemne. Je l’ai lu quasi d’une seule traite, en une soirée en tout cas.

En deux mots, « Les frangines » parle, comme le titre l’indique, de deux soeurs, Françoise et Pascale, qui ne se ressemblent en rien. Françoise, la narratrice, est une joueuse de carte compulsive. Elle adore faire des parties de cartes (quel que soit le jeu en question). A 18 ans, elle a quitté le nid familial pour partir sur la route avec un prestidigitateur bien plus âgé qu’elle. Au contraire de Pascale qui est maintenant une « gentille et sage » maman au foyer, Françoise n’a jamais eu une vie « normale », calme ou responsable. Elle a une passion pour la vie nomade, la vie nocture de joueuse compulsive, une vie remplie de suprise où il est impossible de savoir où est-ce qu’on dormira le lendemain… Une vie en marge de la société traditionnelle qui ne convient qu’à certains… Pascale est l’une d’entre eux.

Mais plus pour longtemps. Car Pascale vient d’être diagnostiquée… phase terminale. La vie semble tout de suite beaucoup plus finale lorsqu’on apprend une nouvelle de ce genre. Françoise est sous le choc de savoir que son temps est compté. Bien que sa soeur et elle n’ont pas du tout le même caractère, les deux filles s’entendent très bien et sont toujours là pour se supporter. Françoise a donc une épaule pour pleurer à sa disposition mais, forte et indépendante comme elle est, elle refuse de s’apitoyer sur son sort et préfère aider sa soeur qui est dans une phase difficile avec son boulot. Elle ne lui dira rien à propos de sa maladie. Pas question.

Ce récit de vie alternant le passé douteux et décadant de Françoise avec son présent sans avenir m’a beaucoup touché. Le texte est raconté à la première personne et les chapitres sont très courts ce qui invite à continuer la lecture. Une fois que vous l’aurez commencé, vous ne voudrez plus le reposer. Pas parce que c’est le livre le plus palpitant que vous n’avez jamais lu mais bien car vous allez avoir envie de savoir ce que cette jeune femme a vécu et ce qui va lui arriver. L’écriture est sincère et sensible. Presque écrit sous la forme d’un carnet intime, ce livre n’est pas pour ceux qui désirent un happy end haut en couleurs mais bien pour ceux qui refusent de baisser les bras, qui font passer le bonheur de l’autre, l’entraide et l’amour familial avant tout. Au fur et à mesure de l’histoire, je m’attendais à une fin triste et noire mais je suis contente de voir que j’ai refermé le livre avec le sourire au lèvre et les pensées qui vagabondent…

Merci à la masse critique Babelio et aux éditions Joelle Losfeld pour ce partenariat. J’ai passé un très bon moment auprès de Denis Soula et de ces deux frangines.

#atouchofbluemarine


EN SERVICE DE PRESSE POUR 

 Que je tiens à remercier pour l’envoi de cette nouveauté !

I just can’t stop reading… 

4 réflexions sur “[Masse Critique Babelio] – « Les frangines » de Denis Soula

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #52 | a touch of blue... Marine

  2. Pingback: [TTT] – Top Ten Tuesday #42 – Last Ten Books That Came Into My Possession | a touch of blue... Marine

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s