Libérez-moi ! Chronique du roman « HALF-BAD » de Sally Green

Chronique #126

Septembre 2015

IMG_9161

Titre : Half-Bad
Auteur : Sally Green
Editeur : Milan
Parution : 2014
Nombre de pages : 384 pages
Genre : Fiction


Résumé couverture

Nathan est un semi-code, un sorcier blanc et noir. À la fois bon et mauvais. Pour le Conseil des sorciers, il est à surveiller, jugé coupable d’être né. Traqué, enfermé, détesté, Nathan se bat pour sa liberté.


Mon avis

Voilà, c’est fait ! J’ai enfin libéré Nathan ! Ou du moins le roman qui était prisonnier de sa cordelette. Lors de sa sortie, ce livre a fait un buzz terrible suite à la magnifique campagne marketing que les éditions Milan ont faite. Les livres étaient parfois disposés dans des cages en métal dans les librairies participantes et le livre était souvent emprisonné d’une petite corde avec un message « Libérez-moi ». Original !

Le titre Half-Bad est rudement bien choisi pour décrire ce héros. Mi-blanc, mi-noir, Nathan est l’unique « semi-code ». Sa mère est une sorcière blanche respectée par la communauté tandis que son Père, Marcus, est un ignoble personnage, un sorcier noir que tout le doute redoute car il a tendance à performer des meurtres et à voler les pouvoirs des autres sorciers en mangeant leur coeur.

Dans ce premier tome intutilé Traque Blanche, nous découvrons pas à pas les traits de caractère de ce héros maltraité et emprisonné contre son gré pour la seule et simple raison qu’il est à moitié sorcier noir. 50/50 : voilà sa malédiction. Dans son monde, il y a trois catégories de personne : les sorciers blancs, les sorciers noirs et les béjaunes (les humains « normaux », l’équivalent des moldus dans le monde de JKR dira-t-on). Quant à Nathan, il n’appartient à aucune des catégories. Le sang de sa mère et de son père se mélangent dans ses veines et cela lui causera plus de problème qu’autre chose.

Depuis qu’il est petit, Nathan sait qu’atteindre l’âge des 17 ans sera le moment fatidique de sa vie. Lors de cette étape importante, les sorciers reçoivent trois cadeaux d’un de leur proche. Pour devenir sorcier et voir un don se développer, ils doivent aussi boire le sang d’un de leur ancêtre (parent, grand-parent) le jour de leur 17 ans. Or, la mère de Nathan est morte et il n’a jamais vu son père (qui est pourchassé par la communauté des sorciers blancs depuis longtemps). Son seul espoir : espérer que son père viendra le chercher le jour de ses 17 ans ou partir à sa recherche. Les chances sont minces mais cela vaudrait la peine d’essayer. Mais il y a un problème de taille, des dizaines de restrictions s’ajoutent à l’attention des semi-codes (= lui) d’années en années, l’interdisant d’aller où bon lui semble sans une autorisation actée. Bref, la vie de Nathan n’est pas facile. Sans compter les garçons de son âge qui s’amusent à le tabasser de temps en temps et le fait que sa demi-soeur ainée le déteste plus que tout. A même pas 14 ans, Nathan se retrouvera aussi emprissoné dans un trou perdu sans que l’on sache pourquoi.

Vous pensez que je vous en révèle trop ? Que neni ! Ce livre qui parait assez peu épais compte quasi 400 pages et il se déroule plus de choses que vous ne pouvez imaginer. L’auteur nous développe toute l’enfance de Nathan et on le voit évoluer petit à petit. Au fil des années, on remarque que notre (presque)-sorcier se distingue de ses frères et soeurs. Il ne supporte plus de dormir à l’intérieur, il aime les grands espaces et redoute plus que tout d’être « jugé » comme sorcier noir lors du prochain Conseil. Son enfance n’est donc vraiment pas rose (on le remarque d’ailleurs grâce à la couverture qui donne une atmosphère vraiment sombre au roman).

En résumé ? Et bien je peux vous dire que j’ai vraiment envie d’aller m’acheter la suite. Ce fut vraiment une lecture géniale qui ne ressemble à nulle autre. Beaucoup de livres parlent de sorcellerie mais aucun comme celui-là. De toute façon, ce n’est pas vraiment le fait qu’il soit sorcier qui pose problème mais bien celui qu’il soit « moite-moite ». La question de la couleur de peau et des origines est centrale dans ce livre et la persécution qu’il subit provient de sa race. Nathan est un héros qui a du cran et que j’ai beaucoup aimé suivre. Pour ce qui est de l’aventure, j’avoue que je voulais absolument arriver au moment de ses 17 ans pour voir un peu quel type de pouvoir il allait développer mais on doit attendre la fin du livre pour son 17ème anniversaire… et surtout, il faudra attendre le tome 2 pour savoir la suite !

La suite du livre dans … 

#atouchofbluemarine


I just can’t stop reading… 
Publicités

4 réflexions sur “Libérez-moi ! Chronique du roman « HALF-BAD » de Sally Green

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #62 | a touch of blue... Marine

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s