Elia, la passeuse d’âmes • Marie Vareille

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

elia,-la-passeuse-d-ames-739634-250-400
Titre
 : Elia, la passeuse d’âmes 
Auteur : Marie Vareille
Editeur : PKJ
Parution : 2016
Nombre de pages : 510 pages
Genre : Young-Adult / Dystopique

CHRONIQUE #208

Juillet 2016

Elia est une passeuse d’âmes, un être sans émotions. Elle doit exécuter ceux qui sont devenus des poids pour la société : personnes âgées, malades, opposants aux régimes… Mais un jour, elle ne parvient plus à obéir aux ordres et s’enfuit dans la région la plus déshéritée du pays… là où les passeurs d’âmes sont considérés comme les pires ennemis. Au plus profond d’immenses mines à ciel ouvert, elle découvrira, elle une pépite, une destinée qui la dépasse.

Capture d’écran 2016-02-23 à 08.57.03

Les livres de Marie Vareille ne sont plus une nouveauté pour moi. J’ai adoré Ma vie, mon ex et autres calamités et j’ai encore plus dévoré Je peux très bien me passer de toi. Alors lorsque j’ai entendu dire qu’elle allait sortir un livre Y-A, chez PKJ en plus, c’était décidé, je devais le lire ! Il est sorti il y a quelques semaines déjà donc je ne fais pas partie des premières lectrices à en faire l’éloge. Mais je prends tout de même un grand plaisir à vous en parler aujourd’hui. Car ce livre, c’est vraiment de la BOMBE ! Un vrai coup de coeur jeunesse qui me donne envie d’aller harceler l’auteur pour qu’elle écrive la suite ❤

Son univers déborde d’originalité et son héroïne est d’une bravoure sans pareille. Une fille aux cheveux de feu qui se doit de les cacher car elle est la SEULE personne à avoir les cheveux roux. C’est une exception qu’il n’est pas bon d’être dans son monde. Elia met donc soigneusement un foulard sur sa chevelure chaque jour, pour faire en sorte que personne ne s’aperçoive qu’elle soit rousse. Au début de l’histoire, Elia est, comme le titre l’indique, une passeuse d’âmes. Son rôle est de faire passer les âmes dans l’autre monde. En soit, un terme « fancy » pour dire bourreau. Seulement, alors que les passeurs n’ont normalement aucune empathie, Elia ressent davantage les choses et a des difficultés à tuer un garçon lorsque celui-ci lui indique que son seul crime fut de voler une boite d’aspirine pour sauver son jeune frère. L’hésitation d’Elia sur ce patient-là causera sa perte. A partir de là, elle va être réduite à vivre comme une Nosoba, la pire des castes qui existent. Recluse dans les mines, elle va découvrir la véritable signification de la faim, du froid et de la vie qu’ont ces personnes qui vivent en bas de l’échelle de la société.

Ce livre m’a vraiment beaucoup plus dans le sens où l’univers que Marie Vareille a construit est bâti de A à Z avec des termes inventés, des classes sociales, des règles… J’ai adoré ! Il existe même une sorte de Bible, indiquant comment le monde ancien a décliné et comment un homme a suivi des commandements pour rebâtir la cité telle qu’elle est connue aujourd’hui. C’est un monde futuriste et dystopique mais qui, dans ses règles et ses lois, me fait un peu penser au monde greco-romain antique. J’adore ce genre de bouquin où l’on est entièrement immergé dans un endroit sorti tout droit de l’imagination de quelqu’un. L’univers de Marie Vareille tient debout et l’intrigue de son livre est parfaitement construite. Jusqu’à la dernière page, le suspense se maintient. Grâce au prologue, on devine comment va se dérouler une partie de l’histoire mais nous ne sommes pas dans la capacité de deviner pourquoi et comment. Les questions survolent les pages pendant tout le récit, jusqu’à la chute qui ne donne qu’une envie : lire la suite !

PKJ est très éclectique dans ses choix de romans mais je peux vous assurer que celui-là mérite amplement de faire partie des coups de coeur à lire sans hésitation ! J’avais adoré Une braise sous le cendre et je trouve que les mondes de ces deux auteurs sont tout aussi bien construits. Je vous avoue sans l’ombre d’un doute que je lirai les suites de ces deux romans-ci.

Je remercie encore énormément Marie pour l’envoi de ce livre et la petite dédicace qu’elle m’a faite. C’est un copine #Charleston qui a un succès littéraire quel que soit le genre qu’elle écrit alors je ne peux que vous la conseiller ! Lisez-la vite 🙂


Marie Vareille est aussi auteur de comédies romantiques !

  couv-ex-calamites-hd CVT_Je-Peux-Tres-Bien-Me-Passer-de-Toi_6201

Capture d’écran 2016-07-24 à 13.20.51


Lecture approuvée par #atouchofbluemarine 

 

Publicités

3 réflexions sur “Elia, la passeuse d’âmes • Marie Vareille

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? • 2016/31 | a touch of blue... Marine

  2. Pingback: [Bilan mensuel] • Juillet • 2016/7 | a touch of blue... Marine

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s