Tant que nous sommes vivants • Anne-Laure Bondoux

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

CVT_Tant-Que-Nous-Sommes-Vivants_1359

Titre : Tant que nous sommes vivants
Auteur : Anne-Laure Bondoux
Editeur : Gallimard Jeunesse
Parution : 2014
Nombre de pages : 298 pages
Genre : Littérature jeunesse / Fantastique

CHRONIQUE #216

Août 2016

Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron de nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuie la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus… Mais quand l’ombre a pris la place de la lumière, l’amour suffit-il à nous garder vivants?
Porté par la grâce d’une écriture ciselée, un grand roman d’aventure en forme de conte moderne. Rare, puissant hypnotique. Par l’auteur du Temps des miracles et des Larmes de l’assassin.

Capture d’écran 2016-02-23 à 08.57.03

Il y a certaine lecture qu’on redoute de commencer. Ces livres qui vous donnent un sentiment étrange… de doute, de peur. Tant que nous sommes vivants m’a un peu donné cette impression depuis qu’il traine dans ma pile à lire et je vous avoue que je redoutais de l’ouvrir. Peut-être est-ce du à la couverture en noir et blanc qui renvoi un contraste saisissant, neutre, sans aucune touche de couleur joyeuse ou vive. Mon challenge « lire uniquement des livres comptant moins de 400 pages » m’a ainsi aidé à le sortir de ma pile. Le livre comptant à peine 300 pages, il a réussi à enfin se faufiller dans ma short list. Allez hop, c’est parti, je me lance et part à l’aventure aux côtés de Bo et Hama, ces personnages uniques en leur genre.

Ce livre se divise en quatre parties. Chacune d’entre elle se déroule dans un lieu bien spécifique qu’on retrouve d’ailleurs sur la couverture : en ville, près de l’usine, dans la nature (forêt / montagne), avec un énorme bateau à portée de vue, en bord de mer. Bo et Hama sont les protagonistes principaux. Ils travaillent tous les deux dans l’usine de leur ville mais ne font que se croiser. L’un fait le shift du jour, l’autre la nuit. Pourtant, ils vont s’aimer ! Leur histoire va débuter dans ce contexte mystérieux et va se prolonger dans d’autres scènes, après le terrible drame qui va coûter ses mains à Hama. En effet, lors d’une explosion, beaucoup de personnes vont perdre la vie à l’usine. Bo n’était pas présent au moment de l’horreur et va croire Hama, son amour, morte. Heureusement, il va la retrouver vivante. Mais à quelle prix… A partir de là, leur amour va se poursuivre loin de la ville, dans un endroit où il vont rencontrer des créatures étranges portant des numéros comme noms. Ils vont ainsi vivre là pendant un moment avec leur jeune bébé qu’ils ont prénommé Tsell. Une petite fille.

Je ne vous en dirai pas plus sur l’intrigue mais sachez que cette histoire est terriblement belle et extrêmement originale. Le scénario n’est pas linéaire ni commun et les personnages se retrouveront confronté à une sorte de magie qu’on n’attend vraiment pas dans cet ouvrage. De prime abord, on pourrait penser que c’est juste une histoire d’amour mais nous sommes loin du compte. Ce livre est avant tout un voyage, une aventure, un cercle qui nous ramène d’ailleurs à notre point d’origine, l’usine. Je m’y suis beaucoup plue et j’avoue avoir été surprise par la poésie de l’auteur ainsi que par son imaginaire.

Il y a un côté très sombre qui survole ce récit, beaucoup de zones d’ombres donnent l’impression que les personnages sont dépressifs et que la vie ne mérite pas d’être vécu mais tant qu’ils seront vivants, Bo et Hama s’aimeront et se battront pour ce qu’ils aiment. Ils partiront loin de la ville si personnes ne les acceptent là où ils sont. Ils vaincront de l’adversité grâce à leur force de caractère et leur passion pour la vie.

Une très belle histoire qui fait réfléchir. On est loin du simple récit « boy meets girl ». L’auteur nous embarque dans une aventure qu’on n’aurait jamais pu imaginer et on se sent bien. Même si parfois c’est un peu triste, on ne regrette pas de tourner les pages de ce magnifique livre.

Bilan : 16/20.

Capture d’écran 2016-07-24 à 13.20.51Lecture approuvée par #atouchofbluemarine

et KILI KOBALT, le koala qui lit !

Publicités

Une réflexion sur “Tant que nous sommes vivants • Anne-Laure Bondoux

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s