[Livre + Film] : La couleur des sentiments / The Help • Kathryn Stockett

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

11295_835311

Titre : La couleur des sentiments
Auteur : Kathryn Stockett
Editeur : Jacqueline Chambon
Parution : 2009
Nombre de pages : 525 pages
Genre : Historique / Littérature

CHRONIQUE #223

Septembre 2016

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine et s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Peu croiraient à leur amitié, moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et, en grand secret, écrire une histoire bouleversante.

Capture d’écran 2016-02-23 à 08.57.03

Trois femmes, trois vies… une même histoire. Et quelle histoire ! La couleur des sentiments fait partie de ces livres qu’on lit et que l’on n’oublie pas. J’en avais entendu parler depuis longtemps et me rappelle même d’une amie qui le lisait dans le train il y a plus de 5 ans. Cette semaine, j’ai enfin pu rattraper mon retard et je me suis aventurée dans cette histoire qui m’a complètement chamboulée. J’avais très envie de lire un livre avec des thèmes forts, avec une histoire qui saute par dessus tous les tabous et dont on ressort grandi. Ce livre écrit par Kathryn Stockett (la rédaction du roman lui a pris 5 années!) était le candidat parfait ! Il est vraiment étonnant et profond. Je regrette simplement de ne pas l’avoir lu plus tôt.

Dans ce roman, nous découvrons le quotidien de femmes noires, travaillant comme domestiques dans des résidences de femmes riches à Jackson (Mississippi). L’histoire se déroule dans les années 60, période où Martin Luther King commence à faire se regrouper les foules… Les noirs et les blancs vivent dans des quartiers séparés et n’ont pas encore les mêmes droits qu’aujourd’hui. C’est une période tumultueuse de l’Histoire qui a fait couler beaucoup d’encre (entre autre) et que certains préféreraient laisser derrière eux. Mais pas Kathryn Stockett. Grâce à son livre, nous pouvons un peu mieux comprendre ce que c’était que de vivre en tant que Noir parmi les Blancs. Et cela est raconté avec tant de douceur qu’on n’a pas l’impression de lire quelque chose de politique.

Elle nous raconte simplement une histoire, celle de trois femmes : Aibileen, une domestique d’une cinquantaine d’années qui a passé sa vie à élever les enfants des Blancs chez qui elle travaillait, Minnie, une de ses amies qui a eu de nombreux enfants avec son mari qui la bat de temps à autre et enfin Skeeter (Eugenia) Phelan, une Blanche d’une vingtaine d’année qui a pour vocation de devenir journaliste. L’auteur alterne entre le point de vue de ces trois héroïnes et, à leurs côtés, nous découvrons la vie que vivent les  domestiques noires à Jackson.

Skeeter est loin d’être comme ses amies. Elle n’a pas pour but vital d’être une épouse parfaite, une mère dévouée ni représentante exemplaire de la Ligue contrairement à Hilly, Jolene et Elizabeth. En revenant de l’université, Skeeter découvre que ces femmes ont des idées et des comportements qui la révolte. Par le biais d’une chronique pour le journal local, Skeeter commence à discuter avec Aibileen et décide de débuter un projet qui lui tient vraiment à coeur : écrire sur la condition des femmes noires employées par les blancs. Sachant que les relations entre les blancs et les noirs étaient punies par la loi à cette époque là dans le Mississippi, les deux comparses prennent énormément de risques pour se retrouver en soirée ou le weekend afin de mettre sur le papier la vie qu’a menée Aibilieen depuis qu’elle élève les enfants blancs des autres.

Entre comédie et tragédie, ce livre est une petite pépite qu’on n’a pas envie de lâcher. Les chapitres sont longs et denses mais on y découvre tellement de choses, parfois révoltantes, parfois attendrissantes qu’il est difficile de s’arrêter. L’idée d’alterner entre le récit de ces trois femmes est brillante et permet d’une part de ne pas se lasser d’un unique point de vue, mais aussi d’en apprendre plus sur les vies de chacune et les tensions qui s’installent entre les personnages secondaires. Que ce soit au niveau professionnel, amical ou familial, chacune des femmes va voir sa vie chamboulée une fois qu’elles vont commencer à bosser sur ce projet commun. Il va en falloir du courage pour oser l’écrire, mais la situation ne pourra certainement pas être pire. Alors pourquoi ne pas essayer de changer les choses ?

Je vous avoue avoir été tellement conquise par cette histoire que j’ai décidé de regarder l’adaptation cinématographique sans plus attendre. Une bonne nuit de sommeil entre les deux pour me remettre de mes  émotions et voilà que je recommence l’histoire. Et je peux vous dire qu’il est rare d’avoir un film sur grand écran aussi bien adapté d’un livre ! Les personnages, le décor, des sentiments… tout est conforme au livre. Bien entendu, les scénaristes ont usé de leur pouvoir magique pour modifier certains éléments de l’histoire afin de faciliter la compréhension pour tous mais cela n’est absolument pas choquant ni dérangeant. Le film fait moins mention de l’était médical de la maman de Skeeter que dans le livre par exemple et j’ai été un peu déçue de la fin concernant la fille de Constantine (qui elle, n’est pas conforme au livre). Cependant, dans l’ensemble, c’est une magnifique adaptation. Pour quelqu’un qui ne sait pas à quoi s’attendre, cela peut paraitre un peu lent ou long mais tous les événements importants y sont et on retrouve le message et le récit qu’a voulu nous transmettre Kathryn Stockett.

Dans l’ensemble, je suis ravie d’avoir fait la découverte de cette histoire. La couleur des sentiments et The Help (film en V.O) resteront gravés dans ma mémoire. Je vous les recommande chaudement tous les deux !

Bilan : 18/20.

Adaptation (2011)

help_poster

Capture d’écran 2016-07-24 à 13.20.51Lecture 100 % approuvée par #atouchofbluemarine

et KILI KOBALT, le koala qui lit !

Publicités

5 réflexions sur “[Livre + Film] : La couleur des sentiments / The Help • Kathryn Stockett

  1. Coucou, j’ai fini par lire la couleur des sentiments après avoir vu le film y’a qqes années déjà et c’est vrai que c’est une pépite et je suis d’accord avec toi l’adaptation cinéma est quand même vachement bien faite malgré les changements qui ont été décidé… Je suis vraiment contente de cette lecture, je pense même à me procurer le livre « Telling Memories Among Southern Women: Domestic Workers and Their Employers in the Segregated South » de Susan tucker que Kathryn Stockett mentionne à la fin du livre et dont elle s’est entre autres inspiré… Merci pour ta chronique, c’est toi qui m’a décidé à enfin le lire 🙂 j’aime bien ta façon de décrire tes ressentis et ton opinion, et de synthétiser tout ça 🙂

    J'aime

    • Un grand merci à toi, « A book and a smile » pour ton commentaire 🙂 Cela me fait vraiment plaisir de lire ce genre de message, de voir que j’arrive parfois à convaincre une lectrice de découvrir un nouveau roman. Je suis ravie de voir que les deux t’ont plu, livre et film ! Si tu te procures le livre, n’hésite pas à repasser me dire ce qu’il t’a apporté et comment tu l’as trouvé 😉

      J'aime

      • C’est un plaisir de te faire part de mon ressenti et je tâcherai de partager avec toi mon avis si je me procure le livre en question, pas de soucis! Bonne continuation à toi!

        J'aime

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s