Tous ces livres qui parlent de livres đŸ“š

itsallaboutbooksbadge

❀ Quand on aime les livres, on aime forcĂ©ment les livres qui parlent de livres. Ainsi que ceux qui parlent d’Ă©criture ou de littĂ©rature. J’en ai dĂ©jĂ  lu plusieurs mais il y en a encore tellement que je n’ai pas encore dĂ©couvert. J’adorerais pouvoir me plonger dans ces livres qui mettent la lecture et les livres au premier plan. Alors voici pour vous une sĂ©lection de livres qui parlent de livres 🙂

au-bon-roman

Au bon roman : Un fou de Stendhal est abandonnĂ© en forĂȘt. Une trĂšs jolie blonde quitte brusquement une route qu’elle connaĂźt comme sa poche. Un Breton sans histoire rencontre au bord d’une falaise deux inconnus inquiĂ©tants. Nous ne sommes pourtant pas dans un roman policier. Les agresseurs ne sont ni des agents secrets ni des trafiquants. Ils ne s’attaquent qu’Ă  des tendres : un ancien routard devenu libraire, une mĂ©cĂšne mĂ©lancolique, des romanciers… Qui, parmi les passionnĂ©s de lecture, n’a rĂȘvĂ© un jour que s’ouvre la librairie idĂ©ale ? Une librairie vouĂ©e au roman oĂč ne seraient proposĂ©s que des chefs-d’Ɠuvre ? En se lançant dans l’aventure, Ivan et Francesca se doutaient bien que l’affaire ne serait pas simple. Comment, sur quels critĂšres, allaient-ils faire le choix des livres retenus ? Parviendraient-ils un jour Ă  l’Ă©quilibre financier ? Mais ce qu’ils n’avaient pas prĂ©vu, c’Ă©tait le succĂšs.

le_cercle_litteraire_des_amateurs_d_epluchures_de_patates

Le cercle littĂ©raire des amateurs d’Ă©plucheur de patates : « Je me demande comment cet ouvrage est arrivĂ© Ă  Guernesey ? Peut-ĂȘtre les livres possĂšdent-ils un instinct de prĂ©servation secret qui les guide jusqu’Ă  leur lecteur idĂ©al… « 

Janvier 1946. Londres se relĂšve douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune Ă©crivaine anglaise, est Ă  la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’Ăźle de Guernesey, va le lui fournir? Au fil de ses Ă©changes avec son nouveau correspondant, Juliet pĂ©nĂštre son monde et celui de ses amis – un monde insoupçonnĂ©, dĂ©licieusement excentrique. Celui d’un club de lecture crĂ©Ă© pendant la guerre pour Ă©chapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir oĂč, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de dĂ©guster un cochon grillĂ© (et une tourte aux Ă©pluchures de patates…) dĂ©lices bien Ă©videmment strictement prohibĂ©s par l’occupant.

Jamais Ă  court d’imagination, le Cercle littĂ©raire des amateurs d’Ă©pluchures de patates dĂ©borde de charme, de drĂŽlerie, de tendresse, d’humanitĂ© Juliet est conquise. Peu Ă  peu, elle Ă©largit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et mĂȘme d’autres habitants de Guernesey , dĂ©couvrant l’histoire de l’Ăźle, les goĂ»ts (littĂ©raires et autres) de chacun, l’impact de l’Occupation allemande sur leurs vies… Jusqu’au jour oĂč elle comprend qu’elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle rĂ©pond Ă  l’invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend Ă  Guernesey. Ce qu’elle va trouver lĂ -bas changera sa vie Ă  jamais.

la_lettre_oubli_e_c1_large

La lettre oubliĂ©e : Il a toujours un livre en tĂȘte pour soulager les maux de l’ñme : dans sa « Pharmacie littĂ©raire » installĂ©e sur une pĂ©niche, le libraire Jean Perdu vend des romans comme on vendrait des remĂšdes pour vivre mieux. Il sait soigner tout le monde – Ă  l’exception de lui-mĂȘme. Cela fait vingt-et-un an, dĂ©jĂ , que Manon, la belle Provençale, s’est Ă©clipsĂ©e pendant qu’il dormait en lui laissant pour tout adieu une lettre qu’il n’a jamais osĂ© ouvrir. Mais voilĂ  qu’arrive l’étĂ©, un Ă©tĂ© pas comme les autres qui verra Jean Perdu s’échapper de la rue Montagnard pour s’engager dans un voyage au pays des souvenirs, en plein cƓur de la Provence, avant de revenir Ă  la vie. Une histoire pleine de chaleur, de rĂ©flexion et de drĂŽlerie, racontĂ©e avec beaucoup de finesse, qui va tout droit au cƓur du lecteur.

couv62263787-2

Le livre des possibles : Simon Watson a pour seule compagnie le chant de l’ocĂ©an et ses livres bien-aimĂ©s. BibliothĂ©caire, il vit dans la maison familiale qui tombe en ruine. Sa mĂšre est dĂ©cĂ©dĂ©e des annĂ©es plus tĂŽt et sa soeur Enola est constamment en voyage Ă  travers le monde. Un jour, il reçoit un mystĂ©rieux colis, un livre trĂšs ancien aux pages abĂźmĂ©es par l’eau. Au fil de sa lecture, il dĂ©couvre l’histoire d’Adam et Evangeline, qui se sont aimĂ©s deux siĂšcles plus tĂŽt d’un amour impossible. Adam Ă©tait un garçon Ă©trange et Evangeline, peau pĂąle et longs cheveux noirs, Ă©tait sirĂšne de cirque. Tout comme la mĂšre de Simon… Page aprĂšs page, il dĂ©couvre une terrible vĂ©ritĂ© : le 24 juillet est un jour fatal pour toutes les femmes de sa famille. Et, alors que la date fatidique approche, il apprend que sa soeur Enola va rentrer Ă  la maison. Simon va tout faire pour la sauver du sort que le destin semble lui avoir rĂ©servĂ©…

la-voleuse-de-livres-402647-264-432

La voleuse de livres : Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenu.

Trois fois cette fillette a croisĂ© la Mort et trois fois la Mort s’est arrĂȘtĂ©e. Est-ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intĂ©rĂȘt inhabituel ? Ou bien sa force extraordinaire face aux Ă©vĂ©nements ? Au moins que ce ne soit son secret…

Celui qui l’a aidĂ©e Ă  survivre. Celui qui a mĂȘme inspirĂ© Ă  la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres.

bibliothequecoeurs

La bibliothĂšque des coeurs cabossĂ©s : out commence par les lettres que s’envoient deux femmes trĂšs diffĂ©rentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothĂšque mal dans sa peau, vivant Ă  Haninge en SuĂšde, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivĂ©e et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. AprĂšs deux ans d’échanges et de conseils Ă  la fois sur la littĂ©rature et sur la vie, Sara dĂ©cide de rendre visite Ă  Amy. Mais, quand elle arrive lĂ -bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette Ă©trange petite ville amĂ©ricaine. Pour la premiĂšre fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans prĂ©fĂ©rĂ©s –, qui l’aident Ă  monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une vĂ©ritable renaissance. Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idĂ©e gĂ©niale et complĂštement folle pour la faire rester Ă  Broken Wheel


22886239

Matilda : Matilda est une petite fille trĂšs intelligente. TrĂšs, trĂšs intelligente. Elle apprend Ă  lire toute seule Ă  l’Ăąge de trois ans, et elle adore ça. Cela n’est malheureusement pas du goĂ»t de ses parents, deux abrutis qui prĂ©fĂ©reraient que leur fille regarde, comme eux, des Ă©missions stupides Ă  la tĂ©lĂ©. À l’Ă©cole, la petite Matilda n’est pas au bout de ses peines, puisque la directrice de l’Ă©tablissement dĂ©teste les enfants et leur inflige les pires cruautĂ©s. Heureusement, il y a aussi une gentille institutrice. Et puis, Matilda a des talents vraiment exceptionnels…

9782365692069

Les vies de papier : Aaliya Saleh, 72 ans, les cheveux bleus, est inclassable. MariĂ©e Ă  16 ans Ă  « un insecte impuissant », elle a Ă©tĂ© rĂ©pudiĂ©e au bout de quatre ans. Pas de mari, pas d’enfant, pas de religion… Non conventionnelle et un brin obsessionnelle, elle a toujours luttĂ© Ă  sa maniĂšre contre le carcan imposĂ© par la sociĂ©tĂ© libanaise. Une seule passion l’anime: la littĂ©rature. Elle a en effet pour les mots un dĂ©sir inextinguible. À tel point que, chaque annĂ©e, le 1er janvier, elle commence Ă  traduire en arabe l’un de ses romans prĂ©fĂ©rĂ©s. Un travail ambitieux qui finit toujours par Ă©chouer dans un tiroir. Car les quelque trente-sept livres traduits par Aaliya au cours de sa vie n’ont jamais Ă©tĂ© lus par qui que ce soit. Ce portrait d’une femme solitaire en pleine crise existentielle oscille sans cesse entre passĂ© et prĂ©sent dans un Beyrouth en constante mutation. Tandis qu’elle essaye de maĂźtriser son corps vieillissant et la spontanĂ©itĂ© de ses Ă©motions, Aaliya doit faire face Ă  une catastrophe inimaginable qui menace de faire voler sa vie en Ă©clats. Son ton mordant ne nous laisse pas indemne. Rabih Alameddine nous livre un roman bouleversant qui cĂ©lĂšbre la vie singuliĂšre d’une discrĂšte obsessionnelle et rĂ©vĂšle la beautĂ© et l’horreur de Beyrouth. Les Vies de papier est une dĂ©claration d’amour Ă  la littĂ©rature et Ă  la façon dont elle peut nous dĂ©finir.

41cx8my2unl-_sy344_bo1204203200_

Farenheit 451 : En 1953, Ray Bradbury eut Ă  travers son roman Fahrenheit 451, devenu depuis un classique de la science-fiction, l’une des visions les plus effroyables de l’avenir. Dans cette premiĂšre adaptation autorisĂ©e en bande dessinĂ©e, rĂ©alisĂ©e en Ă©troite collaboration avec Ray Bradbury, Tim Hamilton a su crĂ©er une oeuvre d’art vĂ©ritablement saisissante. La prise de conscience par le hĂ©ros des mĂ©thodes d’un gouvernement violemment obscurantiste s’y accompagne de la dĂ©couverte de l’importance de la lecture en tant que libertĂ© individuelle.

51w9j0cofsl-_sx303_bo1204203200_

84, Charing Cross Road : Par un beau jour d’octobre 1949, Helene Hanff s’adresse depuis New York Ă  la librairie Marks & Co., sise 84, Charing Cross Road Ă  Londres. PassionnĂ©e, maniaque, un peu fauchĂ©e, extravagante, Miss Hanff rĂ©clame Ă  Frank Doel les livres introuvables qui assouviront son insatiable soif de dĂ©couvertes. Vingt ans plus tard, ils s’Ă©crivent toujours et la familiaritĂ© a laissĂ© place Ă  l’intime, presque Ă  l’amour. DrĂŽle et pleine de charme, cette correspondance est un petit joyau qui rappelle avec une dĂ©licatesse infinie toute la place que prennent, dans notre vie, les livres et les librairies. Livre inattendu et jamais traduit, 84, Charing Cross Road fait l’objet, depuis les annĂ©es 1970, d’un vĂ©ritable culte des deux cĂŽtĂ©s de l’Atlantique.

une-histoire-de-la-lecture-3527813

Une histoire de la lecture : « L’astronome qui lit une carte d’Ă©toiles disparues ; le tisserand qui lit les dessins complexes d’un tapis en cours de tissage; les parents qui lisent sur le visage du bĂ©bĂ© des signes de joie, de peur ou d’Ă©tonnement; l’amant qui lit Ă  l’aveuglette le corps aimĂ©, la nuit sous les draps (…) – tous partagent avec le lecteur de livres l’art de dĂ©chiffrer et de traduire des signes. »
Index abondant et curieux de la lecture ! Ses commencements, ses mystĂšres, ses jeux, ses mƓurs… De Babylone Ă  la civilisation maya, des gĂ©nĂ©rations de savants ont tentĂ© de devenir des lecteurs d’Ă©critures. Lire l’avenir, lire des images, Ă©couter lire, lire en silence… De Caligula qui ordonna de brĂ»ler tous les ouvrages d’HomĂšre au gĂ©nial Oscar Wilde, chaque rĂ©cit est une histoire folle, merveilleuse, Ă©mouvante. D’une anecdote Ă  l’autre, ce livre, chronique minutieuse des lecteurs et de leurs passions, nous transporte dans un univers quasi mythique.

51hvvtslotl-_sx303_bo1204203200_

Ecriture, mĂ©moires d’un mĂ©tier : Quand Stephen King se dĂ©cide Ă  Ă©crire sur son mĂ©tier et sur sa vie, un brutal accident de la route met en pĂ©ril l’un et l’autre. Durant sa convalescence, le romancier dĂ©couvre les liens toujours plus forts entre l’Ă©criture et la vie. RĂ©sultat: ce livre hors norme et gĂ©nial, tout Ă  la fois essai sur la crĂ©ation littĂ©raire et rĂ©cit autobiographique. Mais plus encore rĂ©vĂ©lation de cette alchimie qu’est l’inspiration. Une fois encore Stephen King montre qu’il est bien plus qu’un maĂźtre du thriller: un immense Ă©crivain. La vie n est pas faite pour soutenir l’art. C est tout le contraire.

Si vous en connaissez d’autres, n’hĂ©sitez pas Ă  partager vos titres ! 

Publicités

4 réflexions sur “Tous ces livres qui parlent de livres đŸ“š

  1. Merci pour ces idĂ©es lectures, j’adore les livres qui se passent dans le monde des livres 😀 J’ai dĂ©jĂ  lu  » La lettre oubliĂ©e  » que j’avais trouvĂ© tout tendre, la pĂ©niche-bibliothĂšque est gĂ©niale.  » La voleuse de livres » Ă©tait magnifique aussii, j’avais beaucoup aimĂ© ! Par contre, je n’avais pas du tout accrochĂ© Ă  « Farenheit 451″.
    Si tu ne l’as pas encore lu  » L’amour est Ă  la lettre A » de Paola Calvetti devrait te plaire, c’est aussi une histoire de livres 🙂

    J'aime

  2. Je viens de lire Le livre des possibles, idĂ©e piochĂ©e dans ta liste 🙂 Une belle dĂ©couverte, une histoire qui nous emmĂšne dans le monde de la cartomancie et des artistes-sirĂšnes sur plusieurs gĂ©nĂ©rations.

    J'aime

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s