Les derniers jours de Rabbit Hayes • Anna McPartlin

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

9782749141732

Titre : Les derniers jours de Rabbit Hayes
Auteur :  Anna McPartlin
Editeur : Le Cherche Midi / France Loisirs
Parution : 2016
Nombre de pages : 454 pages
Genre : Contemporain

CHRONIQUE #255

Février 2016

Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre. Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu’elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l’espoir de la sauver s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant. Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage. 

Capture d’écran 2016-02-23 à 08.57.03

Il y a des livres qui, soudainement, n’arrêtent pas de faire parler d’eux-mêmes. Vous les voyez apparaître sur les blogs, en librairies par une mise en avant dans le rayon, dans des catalogues… et vous ne voyez qu’eux. Les derniers jours de Rabbit Hayes fait partie de ces livres. Je me le suis procuré chez Belgique Loisirs après avoir vu l’avis de PrettyBooks dans leur catalogue et je peux vous dire que c’est un achat que je ne regrette pas. Pas une seule seconde. Ce livre est tellement puissant. Tellement beau…

Quand on découvre un livre avec un titre pareil, on se doute que tout ne sera pas rose. Que cela ne va pas bien se finir. « Les derniers jours… », la mort est inévitable. Pourtant, ce récit est incroyable. Loin d’être un éloge funèbre de 500 pages, il s’agit avant tout d’un livre d’amour. D’espoir. Un livre qui vous porte, vous transporte.

Je n’avais jamais entendu parler d’Anna McPartlin. Et là, je tombe sur cette histoire prodigieuse. Une surprise littéraire comme j’en ai rarement lue. Cela m’a rappelé le bonheur que « La bibliothèque des cœurs cabossés » m’a procuré l’année dernière. Loin d’être dans le même registre, le livre-ci lui ressemble pourtant au niveau des personnages. Dans ces deux livres, on apprend à connaître une flopée de personnages tous plus merveilleux les uns que les autres. Sans personnages, ce livre n’est rien. Vous en enlever un, et le récit s’écroule. Jack et Molly, les parents de Rabbit Hayes forment un couple modèle. Ils ont élevé trois enfants et s’occupent maintenant à merveille de leurs petits-enfants. La découverte du cancer de leur fille va les bouleverser. Mais cela ne va pas les anéantir, ils vont continuer à lutter, à chercher une alternative, une solution pour tirer leur fille de ce mauvais pas. Le frère et la sœur de Rabbit, Davey et Grace sont également des piliers dans ce récit. Grace a quatre garçons, tous très différents. Elle est toujours là pour épauler sa sœur, l’accompagner à ses chimio et radiothérapie. Et ses enfants sont fort bien élevés même s’ils ont chacun leur petit défaut. Davey, quant à lui, est le voyageur qui ne reste pas en place, qui n’a jamais eu de famille à lui. Un tombeur qui n’a que la musique pour lui tenir chaud la nuit. Enfin, Juliet, la fille de Rabbit, est la gamine la plus courageuse que j’ai pu découvrir dans une histoire. A douze ans, elle sait comment s’occuper de la maison et de sa maman. Elle sait quand cette dernière a besoin d’elle, sait toujours quoi faire et quoi dire. Elle est un vrai roc.

Vous vous en doutez, cette histoire est triste. Mais elle est également pleine de courage, de force, de bonheur aussi, malgré tout. Toute une vie, dans le désordre. Les moments forts de Rabbit Hayes. Son premier coup de cœur. Son amour, Johnny et la façon dont ils ont grandi ensemble. Le groupe de musique de son frère qu’elle a suivi et aider à créer, on peut le dire. La naissance de sa fille. Et puis, son combat contre la maladie. Un combat auquel toute la famille Hayes va participer. Aucun de ces personnages ne lâchera bon. Ce ne sera pas facile, loin de là. Mais aucun ne partira. Parce que Rabbit en vaut la peine. Parce que personne ne veut la voir partir.

Un roman dont je me souviendrai et que je ne peux que vous recommander. Allez-y les yeux fermés. Ouvrez-le. Vous aurez du mal à le refermer.

5 cinq koala

Capture d’écran 2016-07-24 à 13.20.51


Lecture approuvée par #atouchofbluemarine

et KILI KOBALT, le koala qui lit !

Publicités

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s