Les gens heureux lisent et boivent du café • Agnès Martin-Lugand

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

Titre : Les gens heureux lisent et boivent du café 
Auteur : Agnès Martin-Lugand
Editeur : Pocket / Michel Lafon
Parution : 2013
Nombre de pages : 187 pages
Genre : Littérature / Contemporain

CHRONIQUE #269

Avril 2017

Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. Afin d’échapper à son entourage qui l’enjoint à reprendre pied, elle décide de s’exiler en Irlande, seule. Mais, à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper…

Capture d’écran 2016-02-23 à 08.57.03

Mars 2017. Je découvre Agnès Martin-Lugand. C’était nécessaire ! Vraiment.

Lorsque ma cousine me dit qu’elle a adoré ce livre, lorsque la femme de mon cousin me dit qu’elle a adoré ce livre… lorsque je vois cette auteure en tête des ventes dès qu’elle sort un nouveau livre… je me dis qu’il est fort étrange qu’une fan de livres comme moi n’ai pas encore osé découvrir ses romans. Je ne sais pas ce qui me freinait. Peut-être la couverture un peu dépressive en noir et blanc. Peut-être que personne n’avait su me convaincre jusqu’ici. Bref, cette semaine, j’ai lu mon premier Agnès Martin Lugand et MON DIEU pourquoi je ne l’ai pas fait plutôt. Je me sens soudain en retard sur le monde de la littérature. Je me sens pressée de lire tous les romans de cette auteur. Conséquence : j’ai déjà été achetée la suite de ce premier roman (La vie est facile, ne t’inquiète pas) et je compte bien faire une commande pour m’acheter son second. Pour les livres plus récents, je vais soigner mon portefeuille en attendant les versions poches, cela est plus raisonnable.

Il n’empêche que je m’en veux. Terriblement. D’avoir attendu tout ce temps avant de lire ce livre. Ce petit livre de rien du tout (187 pages en format poche, pour moi c’est « emballé c’est pesé »). Acheté jeudi, terminé vendredi matin. Vous l’avez compris, j’ai accroché. J’ai adoré. J’en veux encore !

Oh oui, j’en veux encore. J’aimerais avoir quelques jours de congé pour sombrer dans la mélancolie des couvertures noires et blanches d’Agnès Martin-Lugand. J’aimerais faire une pause dans ma vie pour m’emballer de ses romans et ne ressortir que lorsque je les aurai tous lu. Mais il faut faire des compromis dans la vie. Et il faut aussi savoir profiter de chaque instant. Alors mon objectif pour l’année, c’est de RATTRAPER mon RETARD et de lire tous les ouvrages qui sont déjà parus en poche de cette auteur et qui sait… peut-être les grands formats aussi !

Car voilà, je suis tombée amoureuse. Sous le charme. Envoûtée. Et j’aimerais en avoir en peu plus. J’aimerais pouvoir découvrir la suite de ce roman (ce que je vais m’empresser de faire ce weekend) et j’aimerais aussi découvrir ses autres romans (pour la semaine / le mois prochain(e)).

Je n’ai pas envie de vous en dire trop sur ce livre. Il se déguste et vous serez bien assez vite embarquée dans l’histoire. Dès la première ligne je dirais même. Il n’empêche que j’ai envie de vous dire qu’il s’agit là d’une très belle histoire. Une quête identitaire mélangée à une période de deuil. Une femme qui essaye de remonter la pente, de recommencer à vivre après une disparition conséquente qui lui a laissé une douleur insurmontable.

J’ai adoré l’histoire dans son ensemble mais il me faut vous dire que vous pourrez vous trouvez agacé par l’attitude enfantine de certains personnages. J’ai eu du mal à m’imaginer des adultes agissant de la sorte… Mais au fond, ce n’est qu’un livre, qu’une histoire… alors pourquoi pas. Pourquoi l’auteur ne pourrait-elle pas écrire sur des adultes qui se comportent comme des gamins, qui s’engueulent au milieu de la rue et se boudent dessus alors qu’ils ne se connaissent même pas.

Pour faire simple. Je viens de découvrir une auteure qui, je pense, va rester sur ma short-list d’auteurs favoris. Oui, comme ça. J’ai décidé. Je vais devenir fan d’AML.

PS : je vous préviens, j’ai aussi acheté mon premier Agnès Ledig et je pense que je vais aussi devenir adepte. Vous aurez donc peut-être droit à un article du même genre incessamment sous peu.

#MarineDécouvreLesAuteursPhares

#AlaMasse

#PourquoiSeulementMaintenant

Capture d’écran 2016-07-24 à 13.20.51


Lecture approuvée par #atouchofbluemarine

et KILI KOBALT, le koala qui lit !

Publicités

Une réflexion sur “Les gens heureux lisent et boivent du café • Agnès Martin-Lugand

  1. Personnellement, j’ai été très très déçue par ce roman ! J’ai adoré la couverture, le titre, les premières pages… Et puis… non. Agacée par ces personnages et ces situations stéréotypés, ça ne l’a pas fait pour moi ! Le style n’est pas déplaisant et l’Irlande est sympathiquement dépaysante, mais à part cela rien ne m’a plu. Dommage… :/

    J'aime

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s