★★★★☆ Pourquoi pas nous ? • Albertalli & Silvera

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

Nouveauté qui me faisait de l’oeil depuis quelques semaines chez Hachette Romans, Pourquoi pas nous ? est le nouveau titre de deux auteurs déjà connus : Becky Albertalli (Mes hauts, mes bas et mes coups de coeur en série, Love, Simon) et Adam Silvera (They both die at the end). Deux auteurs que j’ai déjà remarqué en librairie mais que je n’avais jamais lu. La couverture de leur nouveau livre m’ayant fait craquer, je les découvre donc avec Ben et Arthur, deux ados qui tombent amoureux à New-York. 

╰☆ Résumé ☆╮

Arthur est à New York pour l’été, en attendant de savoir s’il va être reçu à Yale. Lorsqu’il croise le chemin de Ben dans un bureau de poste, c’est le coup de foudre. Il y voit un signe du destin.   De son côté, Ben doute que le destin soit de son côté : il vient de rompre avec son petit ami, Hudson, et n’est pas vraiment prêt pour une nouvelle relation.   Pourtant, ni l’un ni l’autre ne parviennent à oublier cette première rencontre…

✿ Mon avis ✿

De plus en plus avec les livres contemporains/jeunesses et les romances, je me rends compte que les traductions me gênent. Je n’ai pas cela avec les romans plus complexes, adultes, ni avec la littérature étrangère. Mais quand je vois les traductions des livres ados, j’ai tendance à me dire que, soit les éditeurs utilisent des traducteurs « bon marché », peut-être aussi plus jeunes (vu le langage) ou moins expérimenté, soit qu’ils ne relisent pas vraiment la traduction si le livre a déjà eu du succès à l’étranger dans sa version originale. Je l’avais mentionné dans ma chronique de Archer’s voice et je l’ai remarqué une fois encore ici… Alors soit je deviens trop vieille que pour accepter tout et n’importe quoi comme mots et expressions, soit il est temps que j’arrête de lire les traductions et que je me contente des VO en anglais. Mais cela, ce sera pour un autre article.

Pour l’heure, parlons un peu de ces deux garçons : Ben et Arthur. L’un vient d’une famille aisée faire un stage dans la boite de sa mère pendant les grandes vacances, l’autre est un pur New-Yorkais qui se voit forcé d’assister à des sessions de rattrapage car il est à deux doigts de redoubler son année. Au début de l’été, le destin les fait se rencontrer. L’un porte un carton avec les affaires de son ex qu’il veut lui réexpédier, l’autre se retrouve directement sous son charme et le suit dans le bureau de poste sur un coup de tête. Ils discutent quelques minutes, le courant passe bien entre eux… et puis, ils repartent chacun de leur côté, sans même avoir le nom de famille ni le numéro de téléphone de l’autre. Une occasion manquée qui va leur faire perdre la tête… Et si le destin pouvait à nouveau les aider à les faire se retrouver ?

Ce n’est pas souvent que deux personnages masculins partagent une histoire d’amour dans le rayon jeunesse des librairies. Personnellement, c’est cela qui m’a attiré quand j’ai vu les deux garçons sur la couverture. Je les trouvais si mignons et j’avais terriblement envie de savoir ce qui allait se passer entre eux. Ben et Arthur sont deux adolescents que beaucoup oppose. Leur relation ne va pas être toute rose, contrairement à ce que j’avais pensé en commençant ma lecture. Ils vont devoir travailler pour faire en sorte que ça marche entre eux… Mais c’est aussi ça qui donne plus de poids au récit. Tout n’est pas magique et beau dans la vie. Des difficultés, des embrouilles, des éléments de notre passé viennent semer des embûches sur ce chemin qu’est notre vie. Albertalli et Silvera l’ont parfaitement accepté et ont retransmis cela dans ces pages d’une très belle manière. Loin de rendre le récit dramatique, les petits « couacs » de la relation Ben/Arthur lui donnent une authenticité particulière.

Ce ne fut pas la lecture coup de coeur que j’imaginais mais j’ai tout de même passé un bon moment avec ces deux jeunes qui ne cherchent au fond qu’une seule chose : se sentir aimé. Être bien, être soi avec l’autre. Ne pas se cacher. Et ne pas avoir peur de ses sentiments. J’ai aimé redécouvrir New-York à travers leurs yeux, surtout grâce à Arthur qui rêve d’aller voir Hamilton au théâtre. Leurs envies, leurs attentes, leurs ambitions, leurs espérances… rien n’est loufoque. Les auteurs dépeignent là une relation parmi tant d’autres, belle et compliqué… et un peu magique ! Car il faut bien l’avouer, la sérendipité joue tout de même un beau rôle dans cette romance gay aussi adorable qu’un spectacle de Disney on ice.

Une lecture agréable qui élargira les horizons des ados d’aujourd’hui. Sans honte aucune ni peur d’être soi, ce livre est un bel hommage aux premiers coups de coeur et à la ville de New-York. Amateurs de destinée et de beaux yeux doux, ce livre est pour vous. Mais si vous êtes un peu tatillon sur le vocabulaire, je vous recommande d’éviter la traduction qui est un peu basique et familière pour un roman qui, je pense, présente une meilleure qualité littéraire dans sa version originale (mais ce n’est qu’une hypothèse vu que je n’ai pas lu la version VO). Sympa, mais pas la révélation de l’année pour moi.

Plus d’infos sur Amazon, c’est par ici. 

Par les auteurs de : 

CHRONIQUE #460 – Novembre 2018 

Titre : Pourquoi pas nous ?

Auteur : Albertalli & Silvera
Editeur : Hachette Romans 
Parution : octobre 2018
Nombre de pages : 380 pages
Genre : YA / Contemporain / Ado 

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s