Un lundi soir en compagnie de Michel Bussi !

Hello les koalas ! Si je vous dis Le temps est assassin, Il la trouvait plutôt jolie, Gravé dans le sable… vous me dites ?? Oui ! C’est Michel Bussi, la star des auteurs français aux côtés de Guillaume Musso, Marc Levy et la « clique » des hauts de liste. Anyway, hier soir, lundi 25 mars, Michel Bussi était de passage à Bruxelles ! Oui, tout près de chez moi.

J’ai donc pris le train après le bureau en direction de Bruxelles-Luxembourg pour un rendez-vous littéraire des plus délicieux. Nous avions rendez-vous avec l’attaché de presse de la maison d’édition « Presse de la Cité » et bien entendu avec Monsieur Bussi qui a fait le chemin jusque dans la capitale européenne.

Le Café du Luxembourg nous a ouvert ses portes avec café, chocolat chaud et Ice Tea maison. Pour moi, c’était Cinnamon Hot Marshmallow Chocolaté. Ouep, rien que ça. Bref, il y avait une brochette de bonbons dans mon chocolat chaud. Le RÊVE !

Une dizaine de blogueurs belges – ou du moins résidants dans la région – étaient au rendez-vous pour la rencontre « pré-dédicace » avec l’auteur phare du moment. Ce fut un plaisir de revoir certaines que j’avais déjà vu à l’occasion d’un déjeuner avec Alia Cardyn il y a quelques temps et de découvrir de nouveaux visages. Pour ceux qui sont à la recherche de lectrices compulsives ayant des PAL aussi hautes que la mienne, je vous invite vivement à aller suivre les blogs et instagrams de :

  • @juliejuz
  • @unesourisetdeslivres
  • @anne_ga_elle_lit_
  • @cunegondedelahaute
  • …. et celles que j’ai oublié de citer 🙂

Mais revenons en un peu au roman J’ai du rêver trop fort.  Ce beau bébé de 480 pages à la couverture colorée qui promet sans aucune hésitation un très beau voyage. J’en ai déjà lu un bon tiers et je tiens à vous dire qu’il promet un rollercoaster d’émotions.

L’histoire met en scène une grand-mère de 53 ans, maman de deux filles et mariée à un homme formidable qui lui prépare des petits plats quand elle rentre de ses voyages… car oui, Nathy, voyage énormément grâce à son travail d’hôtesse de l’air qu’elle adore. Un jour, alors qu’elle reçoit sa feuille de route, Nathy pense défaillir. Soudain, en un claquement de doigts, la voilà qui se retrouve 20 ans en arrière. Car le trajet qui l’attend pour les prochains jours est exactement le même qu’en 1999. Pire, les mêmes personnes sont présentes parmi l’équipage. Exactement comme il y a 20 ans. Coïncidences ??

Un pitch qui donne le ton du récit : voyage, mystère et réminiscence du passé... Un Bussi tout en douceur et en émotions aux côtés d’une héroïne mature qui se laisse entrainer par ses émotions et ses souvenirs, dans un voyage qui ne laissera aucun lecteur indifférent.

Maintenant que vous savez un peu de quoi il retourne dans cette belle brique, parlons un peu de l’auteur, shall we? Je ne vais pas vous réciter la page Wikipédia qui lui est consacrée, elle est bien assez complète et je suis certaine que vous arriverez à la trouver sans souci si vous cherchez la biographie de Michel Bussi. Ce que je peux vous dire par contre c’est que c’est une personne très ouverte, ultra souriante et enthousiaste vis-à-vis de ses histoires et de ses lecteurs.

Bussi ne fait pas partie de ces écrivains qui considèrent qu’écrire est un travail entre soi et sa machine. Non, lorsqu’il prépare une nouvelle histoire, il se met toujours à la place de ses lecteurs. Est-ce que les chapitres ne sont pas trop courts ou trop longs ? Il y a-t-il assez de surprises, d’émotions, de tension pour garder le rythme ? Est-ce que tous les indices sont bien présents et au bon moment pour susciter la surprise et l’envie de résoudre le puzzle ? Il pense à nous, à vous. Constamment !

J’ai adoré l’entendre expliquer son process d’écriture, la manière qu’il a de préparer son roman, de faire quelques recherches tout de même et surtout de veiller à trouver un mystère inexplicable comme point de commencement. Mussi adore d’ailleurs les fantômes qu’ils mets en scène régulièrement dans ces récits pour troubler le lecteur ou apporter des indices. Mais attention, ce ne sont jamais des fantômes « fantastiques » qui jouent un rôle surnaturels.

Non, ses fantômes à lui sont réservés à ces moments de doutes qu’un personnage peut avoir parce que sa mémoire lui joue un tour, parce qu’il a des croyances ou des envies… Mussi adore jouer avec nos nerfs mais il promet toujours au lecteur que toutes les explications seront données à la fin de l’histoire… ce qui nous laisse l’occasion d’essayer de trouver une réponse à l’enquête en toute rationalité.

Une rencontre à la belge parfaite. Simple et sympathique. Proche, comme si nous étions déjà des amis. Et celle-ci s’est poursuivie dans une des plus grandes librairies de Bruxelles… la caverne d’Ali Baba si je puis dire : Filigranes. Ce lieu que j’aime pas visiter car je n’ai plus jamais envie d’en sortir une fois que je franchis ses portes. De nombreux autres « fans » attendaient Bussi pour une discussion amicale et une séance de dédicace entre 18h et 20h.

Je suis repartie comblée et avec mon exemplaire dédicacée par ce monument moderne de la littérature ‘best-seller’ française. Un grand merci aux Presses de la Cité, à Michel Bussi, à la librairie Filigranes et à tous ceux qui se sont déplacés en ce lundi frisquet de mars. C’était un plaisir d’être avec vous ! ❤ Sur ce, je vous laisse avec son joli sac à dos que j’ai pu admiré lors de la promenade jusqu’à la librairie 🙂

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s