L’envol • Alia Cardyn

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

Après Une vie à t’attendre et Le choix d’une vie, voici le troisième roman d’Alia Cardy, romancière belge que j’apprécie énormément. Chacun de ses récits est unique en son genre mais heureusement, sa plume et sa capacité à choisir les bons mots font de chaque livre un véritable plaisir de lecture. Voici L’envol

╰☆ Résumé ☆╮

Si avec le temps, votre être s’est figé, le 27 juillet vous offre une opportunité. Celle de naître à nouveau. Chaque année, le 27 juillet, Barnabé Quills organise une fête somptueuse dans sa propriété dominant l’océan. Aujourd’hui, la ville côtière de Black est en émoi. Lors de la fête annuelle, la jeune Théa Vogue a sauté dans le vide. Pour son troisième roman, Alia Cardyn nous plonge dans le quotidien d’une petite ville et, de 27 juillet en 27 juillet, nous délivre, aux côtés de Théa, un bouleversant message d’espoir. Servi par une écriture ciselée, un magnifique roman sur l’amour, la filiation, la construction de soi… ainsi qu’un de ces dénouements inoubliables dont Alia Cardyn a le secret.

✿ Mon avis ✿

Ayant rencontré Alia Cardyn (et plus que pour « juste une photo »), je sais que c’est une très belle personne qui fait de son métier d’auteur une aventure qui demande travail et ténacité. Alia est capable de rester une journée sur une phrase car elle ne sonne pas comme il faut. Elle aime retravailler ses mots et ses textes jusqu’à la perfection car elle est très difficile avec elle-même. Une travailleuse qui va jusqu’au bout des choses et qui parvient de cette manière à nous proposer des textes d’une très grande qualité littéraire.

En lisant L’envol, j’ai à la fois retrouvé sa plume que j’avais adoré mais également son âme de mère, sa force de femme. Alia Cardyn a des choses à nous raconter et elle le fait magnifiquement bien. Pourtant, en commençant la lecture de ce roman, j’ai eu du mal à visualiser les relations entre les personnages. Alia fait des sauts dans le passé, le présent, joue à la fois avec le journal intime de Théa, les lettres de Jill et les aventures qui se déroulent à Black, cette petite ville qui s’anime comme jamais, chaque 27 juillet.

Il faut s’imprégner de l’ambiance de cette ville et du ton utilisé par l’auteur pour vraiment apprécier l’histoire. Ce livre donne à réfléchir. Il inspire, il titille notre curiosité. Il nous invite à jouer au détective pour comprendre le pourquoi du comment. Pourquoi une jeune fille dans la fleur de l’âge, belle comme le jour, décide soudainement de sauter du haut d’une falaise pendant ce jour de fête ? L’incompréhension est la seule réponse. Pourtant, au fil des pages, Alia nous amène à comprendre le geste de cette jeune fille. Tel un puzzle, les pièces s’emboitent petit à petit pour nous éclairer le chemin et nous amener à voir les raisons qui l’ont poussé à faire cela.

Ce livre parle de tant de choses et Alia les intercale superbement dans son roman. Clairement, un des thèmes principaux est l’amour manqué. Mais le roman parle également de filiation, d’amour parental, d’amitié aussi et de reconnaissance. Une petite fille a perdu sa maman quand elle était petite et depuis, son monde, n’est plus le même. Elle cherche à se trouver, à mener sa vie mais quelque chose lui manque plus que tout pour être une personne complète. Et ce chainon manquant… je vous laisse le découvrir lors de votre lecture !

La fin m’a envoutée. Toutes les pièces ont enfin un sens et on comprend finalement là où l’auteur essayait de nous amener depuis la première page. Un livre très bien écrit et presque poétique. Un roman « puzzle » qui se lit au calme, à la lueur du petit matin, quand les premiers rayons du soleil viennent effleurer notre peau si fébrile.

Merci aux éditions Charleston de continuer à publier les livres d’Alia Cardyn. Ils sont tous différents mais ils ont chacun ce petit chose de magique. Cette beauté de parler à nos sentiments les plus profonds, aux émotions qui nous font nous sentir des hommes et des femmes aimés. Un moment lumineux !

Découvrez les autres livres d’Alain Cardyn

CHRONIQUE #494 – Avril 2019 

  • Titre : L’envol
  • Auteur : Alia Cardyn 
    Editeur : Charleston
    Parution : février 2019
    Nombre de pages : 336 pages
    Genre : Littérature

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s