L’homme de Constantinople • JR. Dos Santos

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

Pour les amateurs de grand roman historique inspiré de faits réels, je vous recommande vivement la plume de JR Dos Santos. Ce livre est une brique mais je l’ai lu en même pas une semaine. Passionnant bien que très différent de La formule de Dieu et L’ultime secret du Christ. 

╰☆ Résumé ☆╮

La vie du mystérieux Arménien qui a régné sur le monde du pétrole et sur celui de l’art.

Alors que l’Empire ottoman s’effondre et que les Arméniens sont persécutés, la famille du jeune Kaloust se réfugie à Constantinople.
Le garçon, déjà connu pour son intelligence hors du commun, est émerveillé par la capitale
du Bosphore et se pose pour la première fois la question qui allait le poursuivre toute sa vie :
 » Qu’est-ce que la beauté ? « 
Il ne sait pas encore qu’il va régner sur le monde naissant du pétrole, devenir l’homme le plus riche et le plus puissant de la planète… et le plus grand collectionneur de tous les temps.

Inspiré de faits réels, L’Homme de Constantinople relate la vie extraordinaire du mystérieux Arménien, Calouste Gulbenkian, qui a changé le monde – et consacre définitivement J.R. dos Santos comme un auteur majeur des lettres portugaises et l’un des grands écrivains contemporains.

✿ Mon avis ✿

J’aimerais remercier Babelio et les éditions Hervé Chopin d’avoir proposé ce livre lors de la masse critique de septembre. J’avais ce titre dans mon collimateur vu que j’adore les écrits de JR Dos Santos. Ce fut donc un plaisir de découvrir ce nouveau roman.

L’histoire est celle de Kaloust, un arménien expatrié à Constantinople à la fin du 19ème siècle, qui nous raconte comment il en est arrivé à devenir l’un des hommes les plus influant du monde pétrolier à l’aube du 20ième siècle. Ce récit est inspiré d’un homme assez méconnu, Calouste (voyez la similitude des prénoms entre le vrai et le personnage fictif) Gulbenkian, qui a régné sur la géopolitique mondiale. Je n’avais jamais entendu parler de cet homme avant de prendre le livre en main et suis donc enchantée d’avoir pu apprendre autant via cette publication. Car oui, bien que fictive, cette histoire n’en est pas moins éducative ! Un millionnaire qui a très vite appris à faire des bonnes affaires et qui a profité de ses talents de négociateurs ainsi que ses études en ingénierie pour amasser des fortunes colossales.

L’auteur commence son récit en mettant en scène Kaloust comme un vieil homme sur le point de mourir. Lorsque son fils est appelé pour venir lui dire au revoir, il découvre un manuscrit dans le tiroir de la chambre d’hôpital  « L’homme de Constantinople » qui relate la vie de ce grand homme depuis son enfance. Contrairement aux autres romans de Dos Santos que j’ai déjà lu, nous ne sommes pas ici dans le cas d’un livre policier  – ésotérique ni religieux mais bien dans un véritable roman historique basé sur des faits. Le postulat de départ est esthétique : « Qu’est-ce que la beauté ». Kaloust étant un fin appréciateur de belles choses, son parcours nous aide à comprendre comment il a acquis autant de si jolies et couteuses pièces d’art. Toutefois, l’idée de beauté n’est pas le thème principal de ce livre. Non, c’est celui du pétrole, cet or noir qui lui a permis de faire fortune. Le pétrole, la finance, la politique… Kaloust était sur tous les fronts et son histoire est véritablement fascinante.

Spoiler alert : Seul bémol pour moi en tournant la dernière page de ce livre : découvrir que la suite et fin de l’histoire ne sera disponible qu’en 2020 dans le prochain livre « Un millionnaire à Lisbonne ». Et oui, j’ai été choquée de découvrir que ce pavé ne proposait pas une fin en soit. Je comprends qu’un livre de cette taille et de ce poids sont plus que suffisant pour un lecteur lambda mais l’éditeur aurait pu mentionner un petit « tome 1 » sur la couverture pour ne pas décevoir les amateurs de « one-shot ». Le livre se termine au commencement de la première guerre mondiale, quand le fils de Kaloust n’a que 16-17 ans. En sachant que le vrai Gulbenkian est mort en 1955, il nous manque effectivement 40 ans d’histoire ! Rage et désespoir, il va falloir attendre ! Mais cela veut aussi dire que j’ai beaucoup aimé cette histoire si riche et si impressionnante… Je serai donc bien au rendez-vous pour le tome 2 !

PS : Babelio et Hervé Chopin : vous pouvez me garder dans votre carnet d’adresse quand « Un millionnaire à Lisbonne »  sortira en librairie 🙂 Surlignez ce qui est en blanc pour découvrir mes dernières impressions.  

CHRONIQUE #525 – Septembre 2019 

  • Titre: L’homme de Constantinople
  • Auteur : JR. Dos Santos
    Editeur : Hervé Chopin
    Parution : 2019
    Nombre de pages : 455 pages
    Genre : Roman historique

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s