Extincta • Victor Dixen

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

J’ai beaucoup aimé le thème et les questions que le livre soulève sur notre mode de vie actuel. Cependant, je n’ai pas tant que ça accroché au déroulement de l’histoire ni aux relations entre les protagonistes. Lecture mitigée!

╰☆ Résumé ☆╮

L’espèce humaine disparaîtra dans 255 heures.
Les pires prédictions climatiques se sont réalisées, le Grand Effondrement a eu lieu et presque toutes les espèces animales se sont éteintes. Les Derniers Humains se sont réfugiés dans les Dernières Terres : un archipel rocailleux surgi des glaces, où ils survivent dans des cités-royaumes éparses. Accaparés par la lutte pour les maigres ressources, ils ignorent que l’ultime cataclysme est sur le point de balayer ce qu’il reste de l’espèce Homo sapiens.
La dernière histoire d’amour s’écrira en lettres de feu.
Née dans les bas-fonds de Viridienne, la cité-royaume pourrissante envahie d’algues, Astréa rêvait de se consacrer tout entière au culte de Terra. Mais sa foi vacille le jour où son frère est accusé de sacrilège et condamné à mort.
Élevé derrière les remparts du castel, le prince Océrian était né pour régner. Mais un mystérieux accident lui arrache sa jambe et son honneur, l’écartant à jamais de la ligne de succession.
Le destin va jeter ces assoiffés de justice l’un contre l’autre, embrasant leurs coeurs avant de consumer le monde.
La flamme brûle plus fort juste avant de s’éteindre.

✿ Mon avis ✿

Après Cogito, Victor Dixen nous revient avec un roman qui se concentre à nouveau sur le futur de notre civilisation. Après son histoire sur l’intelligence artificielle et ses dangers, l’auteur français a maintenant choisi le thème du climat et de l’extinction des espèces, y compris celle de la race humaine. L’homo sapiens sapiens approche de ses dernières heures dans cette histoire.

Nous sommes bien longtemps dans le futur où les derniers humains survivants vouent un culte à Terra, cette chère planète qui a tant souffert. Les humains sont classés en castes : celle des suants, qui travaillent ; des crachants, chargés de crier les ordres au prix de leur salive ; des pleurants, qui prient pour la survivance de leur peuple et des saignants, traquants les terracides qui refusent de se soumettre à l’ordre. Enfin, la dernière caste qui est aussi celle d’un de nos deux héros, les apex, sont les seigneurs de cette terre. Ils collectent le tribut des autres castes au nom de la Mère. Océrian, apex, fils estropié de la famille reignante et Astréa, suante qui n’a pas froid aux yeux, sont deux personnes que tout oppose… Et pourtant à quelques heures de la fin de la vie, leur destins vont être intimement lié.

Ce roman avait tout pour me plaire : un thème chaud bouillant d’actualité, un auteur que j’adore pour écrire cette histoire et un pitch dès plus intriguant : 255 heures avant la fin de l’espère humaine. Pourtant, je ressors de cette lecture un peu déçue. J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire et à visualiser le décor dans lequel les héros naviguaient. Pourtant, l’auteur n’a pas lésiné sur les détails. Il en fait peut-être un peu trop avec ses tournures de phrases et son vocabulaire, parfois inventé, qui sont là pour en jeter plein les yeux. L’univers qu’il a construit est riche, cela est un fait. On voit que cela fait un moment qu’il travaille sur ce contenu et je le félicite d’être arrivé au bout de cette oeuvre qui donne matière à réfléchir à tous. Tous les habitants de la terre sont concernés par le thème de cette histoire et je vous invite à lire l’histoire, non pas pour partir à l’aventure mais bien pour vous conscientiser de ce qui risque peut-être un jour d’arriver à notre planète. C’est une fiction comme une autre mais beaucoup d’éléments font échos à ce qu’on entend aujourd’hui… Et je suis certaine que Victor Dixen a fait des recherches avant d’écrire ce récit.

Le thème et les questions que l’auteur pose m’ont donc beaucoup plus et j’ai adoré les moments « révélations » où on en apprend plus sur le passé des hommes et sur la manière dont la planète en est arrivée là. Ce qui m’a moins touché pour une fois, c’est plutôt le côté histoire et l’aventure même que vivent les personnages. Je ne l’explique pas… j’ai juste moins accroché que ce que j’espérais. Mais je suis sûre que cette histoire a tout pour plaire et qu’elle séduira bon nombres de lecteurs. C’est mon point de vue bien entendu et l’histoire n’est pas du tout mal écrite.

Si vous avez à coeur l’écologie, le climat et notre chère planète, je vous invite vivement à embarquer pour ce dernier voyage. Vous n’en apprendrez peut-être pas tant que ça vu que c’est une fiction mais cela éveillera votre esprit. Vous aurez envie que les hommes changent leur comportement. Dès maintenant. Et que les bons choix soient pris pour notre avenir à tous. Pour le futur de la race humaine. Nous ne pouvons pas savoir s’il est déjà trop tard… mais une chose est sûre, si on ne fait rien, il est certain que l’homme court à sa perte. Homo sapiens sapiens extincta… Essayons d’éviter cela et de laisser une planète en désolation pour les générations futures.

En résumé, une lecture qui fait réfléchir et dont j’ai beaucoup aimé le thème mais à laquelle je n’ai pas tant accroché au niveau de l’histoire. N’hésitez pas à partager votre avis si vous l’avez lu ! 3/5

CHRONIQUE #546 – Janvier 2020 

  • Titre: Extincta
  • Auteur : Victor Dixen
    Editeur : Collection 5 
    Parution : 2019
    Nombre de pages : 606 pages
    Genre : YA / SF 

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s