2

« Ce que je sais (enfin!) » de Carrie Hope Fletcher : une bible pour les ados !

Chronique #135

Octobre 2015

91H02rlkwOL

Parution 30 septembre 2015 : tout frais en librairie !

Lire la suite

Publicités
8

[FILM] – Avant-Première de Tokyo Fiancée à Paris (avec Amélie Nothomb dans la salle)

IMG_7978

Voilà, c’est parti ! La nouvelle catégorie FILM est lancée sur le blog. Ce site est, avant-tout et en premier lieu, un blog littéraire mais à l’heure d’aujourd’hui, il devient impossible de nier les films qui sont continuellement adaptés de livres, romans, séries, sagas et trilogies. Inutile que je vous fasse une liste d’exemples, vous n’avez qu’à regarder les affiches au cinéma, la plupart sont tirées de bouquins ! La littérature est un puit sans fond dans lequel les réalisateurs et producteurs n’arrêtent pas de puiser. Je ne connais plus les pourcentages exactes mais une très grande partie des nouveautés cinématographiques ont pour source…un roman.

Lire la suite

7

Des bulles et des mots avec Pétronille d’Amélie Nothomb

Chronique #43

Septembre 2014

51f2QAfRzsL

Titre : Pétronille
Auteur : Amélie Nothomb
Editeur : Albin Michel
Parution : août 2014
Nombre de pages : 169 pages
Genre : Littérature

Disponible sur Amazon


Ma note  : Capture d’écran 2014-05-22 à 07.48.21

Résumé

« Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. »


Mon avis

Comme me l’a un jour dit ma maman, Amélie Nothomb, tu aimes ou tu détestes. Et bien moi, depuis le premier de ses livres que j’ai lu, j’aime. J’aime le style étrange et bizarre, les fins qu’on n’attend pas, les ambiances biscornues et les événements rocambolesques. J’aime son amour inconditionnel pour le champagne qu’elle boit en tout temps et en tous lieux, de manière disproportionnelle et inconsidérée. J’aime aussi son amour pour le Japon et les récits de son enfance qu’elle met discrètement (ou pas) en place dans certains de ses livres. J’aime aussi qu’on ne sache jamais à quoi s’attendre. On sait qu’on va tomber dans une aventure invraisemblable ou croiser un personnage tout à fait excentrique mais il est tout à fait impossible de deviner la fin d’un Amélie Nothomb. Et cela, c’est infiniment rafraichissant en littérature. Autant vous dire que lorsque j’ai découvert cet auteur, je me suis directement empressée de lire toute sa bibliographie. A ce jour, il ne me reste que la « Nostalgie heureuse » (sortie en 2013) qui m’est inconnu. Mais la lecture de ce dernier ne saurait tarder maintenant (la sortie en poche étant proche, n’est-ce pas).

Dans ce dernier Nothomb, on fait donc la rencontre de Pétronille, une jeune fille qui est une des fans de Nothomb, qu’elle rencontre lors d’une séance de dédicace et prend au départ pour un garçon de 15 ans. Pétronille est donc un qui (et non un quoi ou un comment). Car avec un titre pareil, on aurait pu réfléchir longtemps pour découvrir de quoi le bouquin parle. Et d’ailleurs, même en lisant la quatrième de couverture, il y a de quoi continuer à rêver. Une phrase unique qui en dit simplement un peu plus sur le titre.

Bulles de champagnes et mots entre auteures, voilà à quoi vous pouvez vous attendre lors de votre lecture. Veuve-Cliquot, Laurent-Perrier, Louis Roederer… Pétronille et notre personnage principal (impossible d’imaginer une autre personne que Nothomb qui parle à la première personne du singulier) les descendent à Londres et à Paris, à tout heure du jour ou de la nuit. N’importe quand et n’importe où, du moment que le champagne est à bonne température. C’est à vous donner une soif pas possible d’ailleurs. Et pour cause, le but de notre chère Nothomb, dans ce petit livre de même pas 200 pages, est de se trouver un copain de beuverie digne de son attrait pour cette boisson tout droit descendue des cieux.

Pétronille sera donc l’heureuse élue. Une fille qui a plus de vingt ans mais qui n’en paraît même pas quinze lors de leur première rencontre. Une auteure au talent inespéré qui étonnera Nothomb a plus d’une occasion. Ensemble, elles découvriront qu’une bouteille débouchée, ne mérite pas de n’être pas terminée. En lui faisait découvrir le monde de la « jet set littéraire », Nothomb verra en Pétronille une personne à la personnalité aussi étrange qu’elle même, qui n’hésite pas à dire ses quatre vérités à qui le veut.

Brillant et amusant, ce dernier Nothomb n’est pas prise de tête, ni une critique de la société. Il est frais (comme les bulles de leurs nombreuses bouteilles de champagne) et si authentique qu’on se demande continuellement … Et si c’était vrai ?

© atouchofbluemarine

20/09/2014


I just can’t stop reading… 
6

[Service Presse] – Le Dernier Déluge de David Emton

Chronique #35

SERVICE DE PRESSE

Août 2014

65d2d9d45dd9d615e744a59121f1d4a6ef1f4944

Titre : Le Dernier Déluge
Auteur : David EMTON
Editeur : Albin Michel
Parution :  mai 2014
Nombre de pages : 341 pages
Genre : Thriller / Contemporain

Disponible sur Amazon


Résumé couverture

Seriez-vous prêt à sacrifier votre enfant pour sauver l’humanité ? Un nouveau-né plus dangereux qu’une bombe atomique… Des scientifiques apprentis sorciers… Des services secrets qui veulent à tout prix récupérer l’enfant…Dans un Paris à demi englouti par la crue du millénaire, l’auteur du Secret de Dieu nous entraîne dans une course-poursuite infernale aux enjeux terrifiants. 


Mon avis

Paris. La Tour Eiffel, le Trocadéro, les Catacombes… Tous ces merveilleux sites touristiques et symboles de la capitale française… sous eau. Un Noël dans un décor qu’on ne peut même pas commencer à imaginer, voilà la toile de fond de ce récit qui ne dure pas plus de 36 heures. Dans un rythme endiablé (il y a plus de 100 chapitres pour à peine 340 pages), David Emton nous embarque dans une course contre-la-montre pour sauver la Ville Lumière, le monde, la race humaine tout entière.

Si les premiers chapitres laissent supposer un contenu à caractère majoritairement policier, l’auteur n’attend pas la fin de l’histoire pour présenter et mettre en avant la vraie raison de cette chasse à l’homme : sauver l’humanité d’un virus qui causerait son extinction. L’objet à récupérer n’est cependant pas une éprouvette ou une seringue contenant la maladie fatale mais bien un enfant. Un nouveau-né qui, s’il n’est pas pris en charge rapidement, sera le pire fléau des Hommes.

Sur les pas de deux héros qui n’en n’ont a priori pas la trempe (une réceptionniste et un journaliste), Paris nous sera dévoilée dans une ambiance apocalyptique. Electricité coupée et pluies torrentielles qui font déborder la Seine, les plans d’urgence ont été activés immédiatement. Mais même la cellule de crise, la Préfecture de Paris ou même Barack Obama (oui, le chef Suprême des USA est un acteur de ce thriller) n’y peuvent rien. Contre la Nature, les hommes sont impuissants.

Le dernier déluge a donc beaucoup d’ingrédients pour faire de cette histoire un récit explosif. Néanmoins, il peut apparaître un peu rapide, comme si l’auteur avait tenté d’expédier son roman. Il est vrai que de longues descriptions n’ont parfois pas leur place dans un livre qui se déroule en moins de deux jours mais le lecteur peut avoir l’impression de manquer de certaines informations ou de rester sur sa fin à l’un ou l’autre moment (la brièveté extrême de la plupart des chapitres en est peut-être une des causes).

Il est également dommage qu’Emton ait attendu si longtemps avant de nous révéler la vraie nature du virus que tentent de protéger Damien et Christine, nos deux protagonistes principaux. Car ici, nous sommes au même niveau de connaissance que les héros. Nous découvrons pas à pas, en même temps qu’eux, les informations vitales qui sont la clé de l’intrigue. Or, pour être engagé à 100% dans l’aventure, il serait préférable que le spectateur connaisse la vraie valeur et l’importance de la mission dans laquelle les personnages sont engagés. Mais cela est une préférence personnelle. Certains lecteurs préfèrent avoir toutes les cartes d’entrée de jeu alors que d’autres aiment rester dans le suspense jusqu’à la dernière page.

Et les dernières pages en valent la peine ! Un Paris sous eau comme métaphore de la vague déferlante du sida ? Bien joué, l’auteur ! En posant des questions actuelles et sensibles telle celle du VIH, Emton montre que son roman n’est pas qu’une course-poursuite mais bien une mise en garde, un avertissement contre notre mode de vie, notre mode de consommation et notre façon de faire face à la recherche. La nature se déchainerait-elle contre l’Homme car son temps sur Terre serait écoulé ? L’avenir nous le dira.

En résumé, un thriller dense et rapide, où on ne s’embête pas mais qui manque peut-être d’un peu de détails et de décors. Des questions qui font référence à l’actualité et qu’il est important de se poser ainsi qu’un message fort. Enfin, une héroïne qui a du cran et qui met un peu de douceur et de tendresse dans ce récit où tous les coups sont permis.

photo

atouchofbluemarine

20/08/2014


Merci à Gilles Paris

Capture d’écran 2014-08-08 à 12.14.40
Que je tiens à remercier pour l’envoi de cette nouveauté
et la confiance qu’ils accordent à atouchofblue…Marine !

I just can’t stop reading… 
5

Nouvel arrivage SP et KDO

LA PAL S’AGRANDIT 

Avec mes 14 livres lus en vacances, j’ai réussi à un peu diminué ma PAL… mais à peine rentrée, voilà qu’elle s’agrandit de nouveau. Et j’en suis bien contente ! Le bonheur de tout fan de livre, c’est d’aller à la poste chercher des colis qui attendent et puis découvrir les beaux livres qui viendront s’ajouter à la bibliothèque.

Aujourd’hui, je vous présente donc mes 5 nouveautés.

Au total :

2 Service de Presse dont un Albin Michel 

photo 1

Le dernier déluge de David Emton

Une nuit de Noël, dans un Paris disloqué par la crue du millénaire, une jeune femme reçoit un étrange colis : un nouveau-né enveloppé dans une membrane protectrice, avant de se retrouver poursuivie par des tueurs au service de pays et d’organisations aux objectifs contradictoires. Au cours d’un périple effréné dans une capitale à moitié submergée, elle apprendra que l’enfant est porteur d’une souche virulente du SIDA, transmissible par l’air. Euthanasier le nouveau-né permettrait l’élaboration d’un vaccin salvateur. Vivant, il libérerait dans l’atmosphère un mutant foudroyant qui exterminerait la race humaine. Que doit faire sa  » mère  » ? Une galerie de personnages inquiétants : généticien manipulateur de virus, milliardaire psychopathe, tueur sanguinaire venu d’Asie, agent secret américain, préfet de police déchiré entre devoir et morale, sans oublier le nouveau-né enfermé dans sa bulle… Au-delà de l’intrigue et de la description d’un Paris englouti par les eaux du déluge, l’auteur pose une question fondamentale : la nature nous veut-elle du bien ?

Une semaine dans la vie de Stephen King

«Il entre sans se presser, désinvolte. Un sourire au coin des lèvres, grand, un peu voûté, la démarche hésitante. Sous les flashes qui crépitent, malgré l’interdiction, ses yeux pétillent. Mi-gêné, mi-amusé, l’air de rien, il sort de sa coquille, prend quelques secondes pour observer la foule, curieux, vulnérable, perplexe. Le temps de traverser l’estrade, il endosse une nouvelle carapace, drapé dans le statut qui a réuni ici près de trois cents journalistes venus des quatre coins de la planète : celui de l’écrivain le plus célèbre au monde.» 
Du 12 au 16 novembre 2013, Stephen King a passé une semaine à Paris pour promouvoir son nouveau livre, Docteur Sleep. L’occasion pour des milliers de lecteurs de rencontrer leur auteur fétiche, et pour Alexandra Varrin de transformer cet événement exceptionnel en véritable quête identitaire et introspective.
Au cours des cinq rendez-vous qui jalonnent cette semaine, elle se replonge dans l’oeuvre monumentale de son idole, et poursuit, tout en interrogeant notre rapport à la fiction, son propre autoportrait.


En remerciant 

GILLES PARIS

Capture d’écran 2014-08-08 à 12.14.40

pour l’envoi de ces deux livres 🙂


3 cadeaux de Mamie

photo 2

qui me fait découvrir Fréderic LENOIR,
un auteur qu’elle aime beaucoup !

Merci ❤