0

Strom – L’intégrale • Emmanuelle et Benoit de Saint Chamas

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

Titre : Strom
Auteur : Emmanuelle et Benoit de Saint Chamas
Editeur : France Loisirs
Parution : 2013
Nombre de pages : 942 pages
Genre : Jeunesse / Fantastique

CHRONIQUE #290

Mai 2017

Dans les sous-sols du Louvre, une société occulte œuvre pour protéger l’humanité : la confrérie des Chevaliers de l’Insolite. Elle préserve le secret de l’existence de mondes insoupçonnés, invisibles au commun des mortels. Aujourd’hui, l’organisation recrute la prochaine génération de chevaliers. Raphaël et Raphaëlle sont de ceux-là. Maîtrise des sciences paranormales, télépathie, lévitation, les jumeaux développent, en parallèle de leur vie de collégiens ordinaires, les capacités inexplorées de leur esprit. Désormais initiés aux pouvoirs du Strom, ils se lancent bientôt à la recherche d’un objet précieux, dérobé à la confrérie par un mystérieux collectionneur…

Lire la suite

0

L’Ecole de la nuit • Deborah Harkness

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

lecole-de-la-nuit

Titre : L’Ecole de la nuit
Auteur : Deborah Harkness
Editeur : Le livre de poche
Parution : 2013 (poche)
Nombre de pages : 933 pages
Genre : Fantastique

CHRONIQUE #237

Novembre 2016

Diana Bishop, jeune historienne héritière d’une puissante lignée de sorcières, et le vampire Matthew Clairmont ont brisé le pacte qui leur interdisait de s’aimer. Quand Diana a découvert l’Ashmole 782, un manuscrit alchimique, à la bibliothèque d’Oxford, elle a déclenché un conflit millénaire. La paix fragile entre les vampires, les sorcières, les démons et les humains est désormais menacée. Déterminés à percer le mystère du manuscrit perdu, et tentant d’échapper à leurs ennemis, Diana et Matthew ont fui à Londres… en 1590. Un monde d’espions et de subterfuges, qui les plonge dans les arcanes du passé de Matthew et les confronte aux pouvoirs de Diana. Et à l’inquiétante École de la nuit.

Lire la suite

2

Le livre perdu des sortilèges • Deborah Harkness

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

9782253164258-t

Titre : Le livre perdu des sortilèges 
Auteur : Deborah Harkness
Editeur : Le livre de poche
Parution : 2012
Nombre de pages : 840 pages
Genre : Fantastique

CHRONIQUE #235

Novembre 2016

Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret – un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Dont Matthew Clairmont. Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au coeur de la tourmente. Deborah Harkness est professeur à l’université de Californie du Sud. Best-seller international, Le Livre perdu des sortilèges est en cours d’adaptation cinématographique. Premier roman de l’auteur, il mêle avec brio passion et sensualité, réalisme et fantastique, quête ésotérique et suspense.

Lire la suite

4

La passe-miroir 2. Les disparus du Clairedelune • Christelle Dabos

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

la-passe-miroir,-livre-2---les-disparus-du-clairdelune-680317
Titre
 : Les disparus du Clairdelune
Auteur : Christelle Dabos
Editeur : Gallimard Jeunesse
Parution : 2015
Nombre de pages : 560 pages
Genre : Jeunesse / Fantastique / Roman Ado

CHRONIQUE #209

Juillet 2016

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l’esprit de famille Farouk et son Livre ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

Lire la suite

8

[COUP DE COEUR] – « Le dernier brûleur d’étoiles » : LE livre fantasy à lire cette année !

Chronique #152

Décembre 2015

le-dernier-bruleur-d-etoiles-664416

Titre : Le dernier brûleur d’étoiles
Auteur : Sophie Val-Piguel
Editeur : Nouvelles Plumes
Parution : 2015
Nombre de pages : 856 pages
Genre : Fantastique

Lauréat du prix de l’Imaginaire 2015

Lire la suite

16

[SP Gilles Paris] – Mon coup de coeur « auteur » de l’année 2014, c’est elle ! #AlexianeDeLys

Chronique #54

SERVICE DE PRESSE

Novembre 2014

les-ailes-d-emeraude-ebook

Titre : Les Ailes d’émeraude
Auteur : Alexiane De Lys
Editeur : Nouvelles Plumes
Parution : 2014
Nombre de pages : 700 pages
Genre : Fantastique

Lauréate du prix de l’Imaginaire 2014


Résumé couverture

À bientôt 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l’orphelinat où elle vite depuis l’accident qui a tué sa mère. Seule au monde et lâchée dans la ville, elle a la désagréable et persistante impression d’être suivie… Un soir, elle est violemment agressée par deux inconnus. Très mal en point, elle est sauvée de ce mauvais pas par un mystérieux et séduisant garçon, Gabriel. Leur rencontre n’est pas un hasard. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature : elle appartient aux Myrmes, un peuple ailé doté d’incroyables pouvoirs sensoriels. En pleine métamorphose, la jeune fille se lance dans cet univers totalement nouveau avec l’espoir de percer, enfin, les mystères de son passé. 


Mon avis sur le livre

Il existe des romans où vous savez d’avance à quoi vous devez vous attendre. Vous connaissez l’auteur, vous avez entendu parler du livre par des amis, des collègues ou des médias et vous le lisez sans vous poser de question. Les Ailes d’émeraude, premier roman d’Alexiane de Lys, ne fait pas partie de cette catégorie. Etant donné que c’est un premier roman, il est difficile de connaitre le style de l’auteur avant d’avoir ouvert le livre. De plus, l’auteur étant francophone, le livre n’a pas encore été traduit et n’a pas pu bénéficier d’une promotion internationale. On tombe donc dans une marmite toute fraiche de mots et d’imaginaire. Et cela fait du bien !

L’histoire est rondement bien menée, le récit est trépidant et l’écriture est tellement fluide qu’on n’arrive pas à s’arrêter de lire. 700 pages est pouf, vous voilà déjà à la page des remerciements. C’est un pavé qui peut faire peur à certains de par son apparence mais croyez-moi, vous ne regretterez pas de l’avoir ouvert.

Le vocabulaire est jeune, frais (vous verrez plus bas à quoi je fais référence) et moderne tout en restant réfléchi. Et, ce qui distingue considérablement ce roman des autres livres de science-fiction et fantasy, repose dans le contenu de l’histoire qui est complètement original et inédit ! Oubliez sorcières, loups garous et vampires, ces créatures qui apparaissent à toutes les sauces et dans n’importe quel décor dernièrement ! Ici, c’est le peuple des Myrmes qui est à l’honneur. Et vous allez être surpris de ce qu’ils peuvent faire.

Centré sur le personnage de Cassiopée, une jeune orpheline qui doit quitter son orphelinat car elle vient d’avoir 18 ans, ce récit vous fait découvrir une peuplade  « féérique », vivant en autonomie dans un endroit tenu secret et qui, vous l’avez deviné, est loin de ressembler au commun des mortels.

Cassiopée est une jeune fille chétive (mais à forte poitrine, ça l’auteur nous le fait bien comprendre) et vraiment trop maigre pour son âge mais cela ne l’empêche pas d’avoir du courage et d’oser faire face à ses ennemis. Car depuis qu’elle a quitté son orphelinat, les ennuis semblent la trouver sans qu’elle n’ait rien demandé. Un garçon n’arrête pas de la suivre depuis plusieurs jours et un soir, un groupe d’hommes l’attaque dans une ruelle. Un peu plus tard, c’est au milieu de nulle part qu’elle se réveille et sans crier gare, sa vie va changer du tout au tout.

Nouvelle famille, découverte de pouvoirs, camaraderies, apprentissage et premiers amours… Les Ailes d’émeraude est un combiné explosif de tout ce qui fait un bon roman. Sacré prix de l’Imaginaire 2014, je ne vois pas comment ce livre peut échapper à la liste des best-sellers.

Mon avis sur l’auteur

Cela ne m’arrive pas souvent de tomber amoureuse du style d’un auteur. En fait, je pense que c’est la première fois. Alexiane de Lys m’a complètement séduite. Non seulement grâce à son récit trépidant et superbement bien imaginé mais aussi et surtout par sa façon d’écrire. Et, si vous vous demandez ce que cette fille a de si spécial pour m’avoir conquise, la réponse est simple : elle et moi, on est de la même époque, on a les mêmes goûts et les mêmes références.

Car lire un livre, c’est bien mais apprécier une histoire tout en rigolant aux références de l’auteur, c’est mieux. Et c’est ce qui m’est arrivé lors de cette lecture. Tout a commencé lorsque j’ai aperçu le mot « x-men ». J’ai directement souri à cette mention et évidemment, après avoir vu une référence à « catwoman » un peu plus tard, le petit jeu à commencer : repérer les phrases et références « à la mode » ou marrantes qui sont preuve de la jeunesse de l’auteur.

Je ne l’ai pas encore mentionné mais cette jeune écrivaine est (et cela m’est difficile à admettre) plus jeune que moi (20 ans seulement) ! Mais revenons à nos moutons. X-men, Catwoman, Maya l’Abeille mais aussi Thor, Matrix et Star Wars : voilà un échantillon des références culturelles qu’Alexiane n’hésite pas à mentionner dans son livre. Mais la phrase qui m’a fait le plus sourire figure à la page 654. Et celle-là, je laisse tous les fans de Grey’s Anatomy la découvrir.

En tout cas une chose est sûre, son prochain roman figure déjà sur ma wish-list ! Une auteure à découvrir, une auteur à suivre, une auteur à adorer : Alexiane de Lys, what else ?

Capture d’écran 2014-11-08 à 10.23.00

#atouchofbluemarine

5/11/2014


Merci à Gilles Paris

Capture d’écran 2014-08-08 à 12.14.40
Que je tiens à remercier pour l’envoi de ce livre
et la confiance qu’ils accordent à atouchofblue…Marine !

 

challenge-un-pavc3a9-par-mois


I just can’t stop reading… 
4

[LUMEN] – WIZARDS (Tome 1, L’Initiation) de Diane Duane

Chronique #38

Septembre 2014

71YoljBQkiL

Titre : Wizards (Tome 1 – L’Initiation)
Auteur : Diane Duane
Editeur : LUMEN
Parution : mars 2014
Nombre de pages : 330 pages
Genre : Jeunesse / Fantastique

Disponible sur Amazon

Plus d’infos sur LUMEN


Ma note  : 3,5/5


Résumé couverture

« Nita laissa courir ses doigts sur l’étagère de la bibliothèque. Soudain, quelque chose arrêta son mouvement. Le dos d’un des livres était abîmé – sa main s’était accrochée à un fil. Elle plissa les yeux. Ah ! Un de ces guides consacrés aux métiers : Le Guide du pilote en herbe, du chercheur en herbe, de l’écrivain… Mais celui-là s’intitulait… Le Guide du sorcier en herbe ! Nita extirpa le volume du rayonnage, ébahie, et se plongea dans la lecture. Non, impossible ! se dit-elle au bout d’un instant. Elle referma le livre et le tint serré dans sa main, immobile, en proie à un mélange de confusion, d’incrédulité… et d’euphorie. Si c’était une plaisanterie, elle était géniale. Et si ce n’en était pas une.. »

Vendue en tout à plus de 3 millions d’exemplaires rien qu’aux États-Unis, Wizards berçait avant Harry Potter les rêves de magie des adolescents américains. Très appréciée outre-Atlantique, cette série a été primée de nombreuses fois. 


Mon avis

Et si vous trouviez par hasard un livre qui s’intitule « Comment devenir un sorcier en dix leçons« , quelle serait votre réaction ? Incrédulité, impatience ? Il faudrait le voir pour y croire. Et bien, c’est ce qui arrive à Nita, une jeune adolescente poursuivie par des camarades de classes qui veulent la tabasser. Cachée dans la bibliothèque, elle va découvrir cet ouvrage qu’elle n’avait jamais vu auparavant. Est-ce une blague ? Est-ce que la magie est vraiment réelle ? Voilà le point de départ de cette histoire qui pourrait ressembler à celle du jeune Harry Potter, garçon qui rencontra la magie d’une manière soudaine, sans qu’il s’y attende le moins du monde.

Mais Wizards est loin de ressembler à l’univers de J.K. Rowling. Car la magie de Diane Duane est particulièrement spéciale, unique même. Elle nécessite l’usage du Discours, ce vocabulaire spécifique qui, lorsqu’on le prononce, permet d’accomplir de grandes choses. De terribles choses même. Les sorciers qui pratiquent ce type de magie doivent donc être triés sur le volet et n’importe qui n’est pas autorisé à l’apprendre. Pour pouvoir faire partie de ce monde, une Initiation est nécessaire. Avec Kit (diminutif de Christopher), un jeune garçon qu’elle découvre dans des buissons en train d’accomplir un rituel magique, Nita va embarquer dans une aventure qu’elle n’aurait jamais pu imaginer.

Leur histoire débute donc par la rencontre d’un trou blanc au nom imprononçable (qu’ils nommeront Fred par facilité) avec l’aide duquel, ils partiront à la recherche du stylo « Space Pen » perdu de Nita, son objet favori qui peut écrire partout, sur toutes les surfaces (même dans l’espace!). Mais cette première quête les emmèneront loin, dans une autre dimension. En passant à travers un portail, cet étrange trio débarquera dans un endroit fort curieux où des voitures se déplacent comme elles veulent et où des créatures infernales semblent semer la terreur.

Plus qu’une initiation, Nita et Kit se lancent dans une épopée magique où ils devront faire preuve de courage, de bon sens et d’ingéniosité pour lutter contre les forces du mal. Car, bien que les formules qu’ils utilisent par le biais du Discours, se trouvent dans leur « Guide de sorcellerie », l’usage de cette magie est loin d’être évidente et, réussir les épreuves qu’ils devront accomplir ne semble pas gagné d’avance.

C’était le véritable sens d’une vocation de sorcier. Se dresser contre l’horreur, et le payer au besoin de sa souffrance. Pas simplement détenir un certain pouvoir, contrôler ce qui échappait au contrôle des gens ordinaires, ou se régaler des choses étranges que l’on pouvait créer. Il s’agissait de simples à-côtés – non de la raison ou du but de la sorcellerie. (p. 316)

L’auteur nous dépeint une magie particulière où les sorciers ne peuvent en faire usage que pour le bien (et non pour attaquer les autres) et où le respect de la Nature est primordial. Un livre qui apprend le respect, le courage, la réaction qu’il est préférable d’avoir face aux conflits… et bien d’autres clés que des enfants pourront apprendre pour se débrouiller à travers l’adolescence. Et puis, pour les plus grands, ce premier tome vous fera passer un très bon moment, auprès de personnages sympathiques, dans un décor presque apocalyptique.

Un grand merci à Lumen pour avoir pris l’initiative de traduire le premier tome de cette saga, sortie il y a plus d’une vingtaine d’années en Amérique. Espérons que l’intégrale sera disponible très bientôt chez vous !

atouchofbluemarine

03/09/2014


EN PARTENARIAT AVEC LUMEN EDITIONS

Lumen logo
Que je tiens à remercier pour l’envoi de ce livre
et la confiance qu’ils accordent à atouchofblue…Marine !

Prochainement chez Lumen … 

wizards-tome-2-le-sacrifice-lumen-diane-duane


I just can’t stop reading… 
18

[Atria] – 2097 Mémoires de mon père – Jérôme Bezançon

Chronique #10

Mai 2014

Master_2097_mmoire_de_mon_pre2_f5e9faba40cdbce96aef0925e93b7ca9

Titre : 2097 Mémoires de mon père

Auteur : Jérôme Bezançon

Editeur : Atria (coll. Les mondes d’Atria)

Parution : avril 2014

Nombre de pages : 240 pages

Genre :  Science-fiction / Anticipation

Disponible sur Amazon

Plus d’infos sur www.editionsatria.com


Ma note  : Capture d’écran 2014-05-22 à 07.48.16


Résumé couverture

Le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui n’existe plus : montée des eaux, épuisement des ressources, pollution généralisée, affaiblissement du Gulf Stream, surpopulation, effondrement des grandes Démocraties occidentales ont permis la toute puissance de groupes économiques internationaux.

Davos, 2097 – Dans une chambre d’hôtel visiblement luxueuse, un père écrit à son fils, ce seront ses dernières paroles : une confession intime, violente, dans un vieux cahier jauni. Il ne lui reste alors que 12 heures à vivre ! Le puzzle prend forme sous nos yeux quand cet homme de 47 ans se souvient… Chaque heure qui passe est un chapitre où les souvenirs s’emboitent les uns aux autres pour former l’histoire d’une société devenue inhumaine, d’un héros tour à tour victime et bourreau, qui doit sa survie et sa perte… à un cœur hors du commun ! Ce même cœur réveillera en lui une véritable émotion intransigeante et une prise de conscience l’amenant inévitablement à une révolte qui changera le cours de l’histoire…


Mon avis

Ce livre n’est pas pour tout le monde. Sans détours ni langues de bois, l’auteur nous invite dans un monde du futur qui pourrait bien être le nôtre dans quelques années. Dans un langage cru et dur mais finalement fort poétique, les événements qui se déroulent dans le livre sont présentés sous la forme de journal intime, d’une lettre d’un père à son fils dans les derniers moments de son existence.

Un retour sur les expériences physiques et psychologiques que cet homme a du subir étant enfant, un aperçu des monstruosités qui pourraient arriver si on continue à vivre comme on le fait aujourd’hui. Un voyage introspectif sans tabou, qui pourrait d’ailleurs en choquer plus d’un (âme prude s’abstenir ; vu le langage, je le déconseillerais au moins de 16 ans).

De flash-back en flash-forward, on découvre petit à petit comment cet homme s’est formé, est devenu qui il est aujourd’hui. Quels ont été les événements qui ont façonné et marqué Pierre, ce père qui s’apprête à mourir ? 

Au milieu d’un monde détruit (épuisement des ressources, surpopulation, évolutions technologiques poussées jusque dans le cerveau des hommes), Bezançon nous présente une nostalgie du Beau, de l’art, d’un monde plus simple, moins rapide et moins technologique. Un livre qui nous fait réfléchir, qui nous fait nous demander… Et si…

La plume de l’auteur pourrait parfois vous ébranler ou vous indigner mais le message qui en ressort est fort : un « wake up call » pour tous les enfants du XXIe siècle. La fin vous hantera… Vous y penserez encore longtemps au mémoire de son père !

Une très belle découverte, une histoire qui reste en tête ! 

EN PARTENARIAT AVEC ATRIA
Un grand merci aux éditons Atria et plus particulièrement
à Laurence Crombêke pour m’avoir fait parvenir ce livre.

Atria


I just can’t stop reading… 
7

La malédiction Grimm – Polly Shulman

Chronique #8

Mai 2014

la-malediction-grimm-409499

Titre : La malédiction Grimm

Auteur : Polly SHULMAN

Editeur : Bayard Jeunesse (coll. Millezime)

Parution : février 2014

Nombre de pages : 511 pages

Genre :  Fantastique – Young Adults

Disponible sur Amazon


Ma note  : Capture d’écran 2014-05-22 à 07.48.16


Résumé

Elizabeth peine à s’intégrer dans son lycée. Alors, quand son professeur d’histoire lui propose un petit job dans une bibliothèque elle se dit que ce sera l’occasion de faire des rencontres. Après un entretien pour le moins étrange, la voilà engagée. Elle s’aperçoit aussitôt que le Dépôt n’est pas une bibliothèque ordinaire : pas un seul livre à l’horizon, uniquement des objets. Mais surtout, un mystère plane au sujet d’une collection située au sous-sol et dont personne n’accepte de lui parler : la Collection Grimm. Elle abrite des objets de contes de fées – les bottes de sept lieues, le miroir de Blanche-Neige… Quelques-uns disparaissent, et un étrange oiseau géant rôde autour… Quel secret cache cette Collection Grimm qui semble déchaîner les passions ?


Mon avis

A tous les rêveurs et amoureux des contes de fées, ce livre est pour vous ! Bien que destiné à un public jeune, j’ai vraiment apprécié cette histoire ❤ Une héroïne intègre et qui a de la jugeote, un soupçon d’aventure et une porte ouverte sur le monde magique des contes de fées : résultat, un petit bijoux.

L’histoire en deux mots, c’est celle-ci : Elisabeth est une jeune fille qui n’arrive pas à se faire des amis dans son école. Douée en histoire, son prof lui propose un job dans une bibliothèque. Elle dit oui évidemment. Tout plutôt que de trainer dans sa nouvelle maison où plus rien n’est comme avant depuis que son père a choisi de vivre avec sa nouvelle compagne. Mais lorsqu’elle arrive sur les lieux, premièrement, il n’y a pas de livres (il s’agit d’une bibliothèque qui prête toutes sortes d’objets, que ce soit des chaussures, des chapeaux, un service à thé, des tables ou des boutons… tout ce que vous pouvez imaginer s’y trouve) et deuxièmement, il s’y passe des choses étranges…

Mais quels sont les secrets de cet endroit fort particulier ? Avec ses nouveaux collègues, Elisabeth va tenter de percer ces mystères : pourquoi des anciens magasiniers ont soudainement disparu ? quel est cette sorte d’oiseau géant qui les observe ? et surtout, qu’est-ce que la Collection Grimm ?

Avec ses personnages attachants et réalistes et sa bibliothèque remplie d’objets magiques, Polly Shulman tient ici une histoire originale dont on aimerait être le héros. Pouvoir emprunter les bottes de sept lieux, le tapis volant d’Aladdin ou même un petit table-soit-mise qui se remplit toute seule de mets divers et variés… cette bibliothèque est un lieu où aimerait tous aller et pourquoi pas… y travailler.

Premiers amours, amitiés nouvelles, contes méconnus et magie… si vous n’avez pas peur de retomber en enfance/adolescence, ce livre est à découvrir immédiatement !


Et le 10 juillet, vous pourrez découvrir celui-ci (en anglais) : 

91bnwtzV5qL._SL1500_


I just can’t stop reading… 
5

Shining – Stephen King

Chronique #1

Avril 2014

Image

 

Titre : Shining

Auteur : Stephen KING

Année de parution : 1977

Nombre de pages : 576 pages

Genre :  Fantastique

Disponible sur Amazon


Ma note  : 15/20


 

Résumé

Situé dans les montagnes Rocheuses, l’Overlook Palace passe pour être l’un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupté…
L’hiver, l’hôtel est fermé.
Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l’habite un gardien.
Celui qui a été engagé cet hiver-là s’appelle Jack Torrance: c’est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d’échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny.
Danny qui possède le don de voir, de ressusciter les choses et les êtres que l’on croit disparus.
Ce qu’il sent, lui, dans les cent dix chambres vides de l’Overlook Palace, c’est la présence du démon. Cauchemar ou réalité, le corps de cette femme assassinée? ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? cette vie si étrange qui anime l’hôtel?
Un récit envoûtant immortalisé à l’écran par Stanley Kubrick.


Mon avis

En matière d’horreur et de fantastique, le Shining est un « classique » du genre. D’ailleurs quel meilleur auteur pour représenter ce genre de livre que Stephen King ?

Découverte. Comme beaucoup de monde, j’ai beaucoup entendu parlé de ce livre. Que ce soit à travers la fameuse adaptation de Stanley Kubrick (dont le rôle principal est tenu par Jack Nicholson) ou grâce à l’épisode 3.13. de la série Friends (où Joey raconte qu’il ne commence jamais à (re)lire le Shining sans avoir de la place dans son surgélateur pour pouvoir l’y mettre lorsque l’histoire commence à faire trop peur), le Shining est un livre populaire.

S’il dévie un peu du genre de livre que je lis habituellement (je l’avoue, c’est mon premier Stephen King si on ne compte pas son autobiographie), j’ai cependant bien accroché. Le début de l’histoire est un peu lent et on se met à se demander quand est-ce que la petite famille sera enfin seul dans l’hôtel pour que l’histoire comment vraiment. Mais une fois que Danny entre dans la chambre 217, le suspense est quasi continu.

Doute. Le côté fantastique est ici très différent des livres Young Adult que j’ai l’habitude de livre. Pas question de vampires, sorcières ou autre magie ici. Non, le côté surréaliste est tout à fait différent. On se demande ce qui est réel et ce qu’il ne l’est pas. Le doute arrive petit à petit et s’insinue au fil des pages. Danny est-il le seul à voir tout cela ? Jack est-il vraiment attaqué par un buisson ? Que s’est-il passé dans cet hôtel ? Sont-ils vraiment seuls ?

Intrigue. Ayant lu l’autobiographie de Stephen King, je me suis demandée, pendant ma lecture, si le personnage de Jack n’était pas un miroir de sa personnalité. Jack est un écrivain raté, un alcoolique, essayant de faire tout ce qui est possible pour survenir aux besoins de sa petite famille… Mais au fil de l’histoire, son caractère commence à changer et à devenir malsain et malveillant. Mais est-ce réellement lui qui change ? L’hôtel dans lequel il loge avec sa femme et son fils (en tant que gardien pour l’hiver) est un endroit perdu, isolé et rempli des fantômes de son passé. Arriveront-ils à passer l’hiver ?

Ambiance. L’histoire est donc complexe et les personnages attachants. Bien décrits, on s’imagine être avec eux, la-bas dans la montagne. D’ailleurs si vous n’avez pas encore lu ce livre, je vous conseille d’attendre l’hiver. Lorsqu’il y aura une bonne tempête de neige et que vous serez bien au chaud chez vous, l’ambiance sera idéale pour que vous vous plongiez dans ce roman.

Style. Je pourrais en dire beaucoup plus mais je préfère vous laisser découvrir l’histoire. Le but ici n’est pas de vous spoiler mais de vous donner envie de lire ce livre. Car oui, je le recommande. La seconde partie de l’histoire et surtout la fin (les 75 dernières pages environ) ne vous laisserons pas respirer. J’espère que, tel que ce fut mon cas, vous n’arriverez pas à lâcher votre bouquin tant que vous n’aurez pas lu la dernière ligne.

YES. Le personnage de Danny m’a d’ailleurs un peu laisser sur ma fin. Mais la bonne nouvelle, c’est que Docteur Sleep vient de paraitre et je pense qu’il ne mettra pas longtemps avant de finir dans ma PAL.

Quoi qu’il en soit, ce fut un roman bien sympathique. J’ai passé quelques bonnes heures avec Stephen King et je recommencerais sûrement bientôt à me replonger dans son écriture … démoniaque.

 

Bonne lecture !


 

 

I just can’t stop reading…