Interview d’Alia Cardyn, auteur du livre « Une vie à t’attendre » (éditions Charleston) !

 Capture d’écran 2016-07-23 à 22.33.47

Vous souvenez-vous de cet article paru il y a quelques semaines sur le blog ? Je vous parlais de la sortie du livre Une vie à t’attendre, un premier roman d’une auteur belge qui a été publiée aux Editions Charleston en juin dernier. Ce week-end, Alia a pris le temps de répondre à quelques-unes de mes questions et j’ai le plaisir de partager ces petits secrets avec vous aujourd’hui ! 

Alia est une personne formidable et une auteur bourrée de talent. Même en étant enceinte jusqu’au cou (oui, sa petite se fait attendre), elle a participé avec entrain à ma petite interview et je l’en remercie beaucoup ! Si vous faite partie des 4500 premiers lecteurs de son roman, vous serez ravie d’en savoir un peu plus sur elle. Et dans le cas où vous n’avez pas encore découvert cette pépite littéraire, c’est le moment de prendre le train en marche !  En attendant la sortie de son prochain roman (on espère que l’inspiration viendra vite!), je vous laisse à la lecture de ce petit questions / réponses 🙂


Interview d’Alia Cardyn

par le blog

« a touch of blue… Marine »

AliaCardynDT4 Couv Une vie a t'attendre

Bonjour Alia et merci pour ta participation à cette petite Interview 🙂 Voici quelques questions qui, je l’espère, ne serons pas trop indiscrètes. N’hésite pas à évincer si tu es en manque d’inspiration. Je te remercie déjà et je suis certaine que mes lecteurs seront ravis d’en savoir un peu plus sur toi ! A bientôt ! 

Alia tu es une femme qui a plus d’une corde à son arc. Tu avais déjà publié quelques livres pratiques avant Une vie à t’attendre, comment t’es venue l’inspiration pour écrire ce premier roman ? L’avais-tu en toi depuis longtemps ou bien il y a-t-il eu un élément déclencheur ?

J’ai toujours eu envie d’écrire un roman, surtout pour le plaisir de me raconter une histoire !

Il y a deux ans, j’ai aperçu une vieille demeure victorienne au sommet d’une colline et j’ai dit à mon mari : « le jour où j’écris un roman, il commencera là ». En la regardant, j’ai ressenti un mélange d’aventure, de passion et de plaisir à l’idée de créer une intrigue qui débuterait dans ces vieux murs !

Le 20 mai 2015, premier jour d’écriture du roman, je l’ai donc imaginée et en un coup, j’ai été transportée dans son grand hall. Devant moi une vue magnifique et tout autour la tension qui suit un drame. Les gens s’affairent mais que cherchent-ils ? C’est la maison qui me l’a raconté, soufflant les mots du premier chapitre…

C’était magique, quelle émotion …

Le personnage de Rose est très charismatique, trouves-tu qu’elle te ressemble ? Si oui, à quels niveaux ?

Excellente question !

Comme je souhaitais me raconter une histoire, il fallait un personnage principal différent de moi. J’ai volontairement choisi de lui donner des qualités que je n’ai pas, comme une certaine patience… Moi, j’aurais déchiré l’enveloppe contenant le carton secret immédiatement ou encore rattraper Oscar qui s’en allait…

C’est ce qui m’attire dans la littérature, pouvoir expérimenter la vie et les choix d’un autre car cela ouvre l’esprit et permet d’explorer l’inconnu !

Ton livre est atypique dans le sens où l’histoire ne se déroule pas de manière chronologique. As-tu eu des difficultés à alterner le passé et le présent ? Comment s’est déroulé ton processus d’écriture ?

 J’ai trouvé le point de départ très intriguant (la disparition des parents de Rose) mais je ne voulais pas alourdir le récit en restant uniquement dans la souffrance de Rose petite. Je voulais alterner avec un espoir naissant, celui d’une Rose qui va grandir et trouver les moyens de dépasser son traumatisme. J’avais aussi envie de mettre en miroir, l’enfant et la femme afin de montrer la façon dont un drame se tatoue dans notre peau et transparaît dans chacune de nos attitudes, même des dizaines d’années plus tard.

Enfin, alterner le récit de la perte avec celle d’une intrigue dans laquelle Rose va progressivement éclaircir le grand mystère de sa vie, me permettait de conserver un rythme, une légèreté dont j’avais besoin dans l’écriture.

En combien de temps as-tu écrit ce premier roman ?

Environ quatre mois. Je crois que c’était un peu un cri du cœur et un rêve que je m’autorisais enfin à réaliser. Cette intensité m’a donné énormément d’inspiration, une réelle chance pour un premier livre. J’avoue que je suis plutôt du style fonceuse et je n’avais pas envie de demander l’avis de relecteurs pour ne pas diluer mon récit car j’avais l’impression que ce qui plairait aux uns, ne plairait pas à d’autres.

J’ai donc écrit l’histoire que j’aurais aimé lire…

Par contre, consciente qu’il s’agit d’un apprentissage, j’ai beaucoup retravaillé et allégé la première partie qui était celle sur laquelle j’ai fait mes armes d’écrivain !

Ce livre paru aux éditions Charleston ne ressemble pas aux autres romans Charleston dans le sens où le tien ressemble presque à un thriller, aurais-tu une âme d’enquêtrice ou de policière ? Aimerais-tu écrire des romans policiers ?

Je suis cernée !! Oui, j’adore lire ou regarder des thrillers. Je ne concevais pas d’écrire un livre sans une intrigue forte et prenante. D’abord, pour m’amuser mais aussi parce que j’avais envie que le récit porte le lecteur, qu’il ait envie de tourner les pages. Devoir expliquer la disparition de deux adultes était le point de départ idéal car je n’avais aucune idée de la suite, de ce qui c’était passé pour eux. Ce n’est que plusieurs semaines plus tard que j’ai trouvé…

En tant qu’auteur, tu dois également aimer lire des livres. Quelles sont tes livres (ou genre de lecture) favoris ? Quel livre recommanderais-tu par dessus tout ?

Mon amour pour les livres est né avec les échelles du levant d’Amin Maalouf et l’amant de Marguerite Duras. Je les ai lus en quelques heures, une révélation pour la jeune fille que j’étais. Je n’ai jamais voulu suivre de cours d’écriture pour ne pas perdre ce qui pourrait être original dans mon travail, quitte à conserver tous mes défauts ! Ma formation permanente consiste plutôt à lire des écrivains qui sont talentueux sur les points que je souhaite parfaire. Je lis donc des maîtres de l’intrigue car je trouve qu’elle est capitale dans un livre (Camilla Läckberg, Michel Bussi), d’autres pour leur plume fabuleuse (quelques lignes de Carole Martinez, un peu de Marguerite Duras) ou leur écriture fluide et agréable (Joël Dicker). Je suis pleine d’admiration pour ces écrivains talentueux et de reconnaissance pour le voyage qu’ils m’offrent !

Amin Maalouf et ses échelles est un de mes plus grands coups de cœur avec, dans un tout autre genre, « En toute impunité » de la merveilleuse Jacqueline Harpman.

Ton livre a eu un accueil très positif dans les librairies, imaginais-tu un tel succès ? Comment te sens-tu après ces premières semaines en tant que romancière ?

Non, je n’imaginais pas du tout que le premier tirage soit en rupture de stock après un mois ! J’ai eu une telle joie à écrire ce récit que j’étais concentrée sur le processus plutôt que sur l’issue…

C’est assez impressionnant et aussi instructif d’observer comment le livre est reçu et compris.

Je suis touchée par la générosité de ceux qui, comme toi, prennent le temps de donner leur impression. C’est un cadeau très précieux qui me porte dans l’écriture du suivant !

Mon rêve était de pouvoir en faire un métier et je suis reconnaissante que les lecteurs m’aient fait confiance en osant lire le roman d’un écrivain inconnu… C’est grâce à eux que je pourrai écrire le suivant !

Enfin, as-tu une idée de récit pour un second roman ?

Oui ! L’autre jour, je conduisais à travers notre belle campagne belge pour aller chercher mes enfants et une histoire en trois parties m’est apparue, presque par magie. Ce sera à nouveau une intrigue sur vingt ans et j’avoue avoir déjà un faible pour certains personnages qui sont, comme moi, rebelles aux conventions ! Maintenant, il faut que j’ai le temps de l’écrire, ce que je commencerai dans quelques jours, dès que j’aurai récupéré de la naissance prochaine de ma petite dernière qui se fait bien attendre…


Encore merci à Alia pour ces réponses honnêtes qui donnent juste envie de (re)plonger dans l’histoire de Rose ! A bientôt ! – Marine ❤

IMG_0745

Publicités

4 réflexions sur “Interview d’Alia Cardyn, auteur du livre « Une vie à t’attendre » (éditions Charleston) !

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? • 2016/28-29-30 | a touch of blue... Marine

  2. Pingback: [07/2016] – TOP 5 des articles les plus lus sur le blog en juillet ! | a touch of blue... Marine

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s