1

[KENNES EDITION] – Bine, le roi du sarcasme, est aussi en BD !

La parenthèse BD

du samedi après-midi

Cette semaine, j’ai reçu les deux nouvelles bandes dessinées éditées par Kennes Editions. Ce sont des adaptations de leurs livres pour la jeunesse qui sont déjà très populaires au Canada. Je suis également familière avec ces collections (voyez par exemple cet article-là sur Léa ou celui-ci sur Benoit-Olivier) et c’est donc avec grand plaisir que j’ai découvert le personnage de Benoit-Olivier en BD ! 

Lire la suite

11

[KENNES EDITION] – La vie compliquée de Léa Olivier en BD !

La parenthèse BD

du samedi après-midi

Cette semaine, j’ai reçu les deux nouvelles bandes dessinées éditées par Kennes Editions. Ce sont des adaptations de leurs livres pour la jeunesse qui sont déjà très populaires au Canada. Je suis également familière avec ces collections (voyez par exemple cet article-là sur Léa ou celui-ci sur Benoit-Olivier) et c’est donc avec grand plaisir que j’ai découvert le personnage de Léa en BD ! 


Léa Olivier débarque en BD ! 

affiche

Titre : La vie compliquée de Léa Olivier – 1. Perdue

D’après le roman de Catherine Girard-Audet

Scénario : Alcante

Dessin : Ludo Borecki

Couleurs : Johan Pilet

Editeur : Kennes

Sortie : 2014

Nbr de pages : 48 pages


Mon avis

Si vous avez lu la version romanesque de cette histoire, vous serez enchanté de retrouver l’ensemble des personnages, que vous avez appris à adorer (…et à détester!), l’originalité de la mise en page (notamment avec les sms que l’on voit apparaitre dans les cases) et l’humour québécois* de l’auteur. Mais surtout, vous aurez enfin l’occasion de mettre un visage sur Léa, son frère Félix, sa meilleure amie Marilou, son petit ami, Thomas et ses nouveaux amis du Canada. Ils sont tous là et paraissent plus vrais que nature ! Visages expressifs, expressions rigolotes et dialogues aux goûts du jours : tous les ingrédients sont là pour faire de ce scénario un vrai récit de vie pour les 12-16 ans ! 

Par ailleurs, avec sa palette de couleurs fort variée, les phylactères en verts et bleus qui rappellent les conversations par sms du livre et le changement régulier de saison, cet ouvrage est plein de vie ! Léa est un personnage amusant, authentique et proche de toutes les jeunes ados. Outre le fun que l’on peut avoir à lire son histoire et ses épisodes parfois catastrophiques (arriver en retard le premier jour de l’école, découvrir qu’elle est complètement nulle en anglais, son incapacité à lancer le ballon de Kin-Ball en cours de gym ou encore sa relation à distance avec son chum*), la vie de Léa met en scène une multitude de situations qui peut arriver à tout un chacun. En racontant son histoire avec humour et légèreté, les auteurs (scénario, dessin, écrivain) s’en sortent vraiment bien pour une adaptation d’un livre au format déjà bien original. 

Pour les fans de Catherine Girard-Audet, c’est l’occasion de replonger – différemment – dans le monde terre-à-terre de Léa Olivier et de sa vie parfois bien compliquée. Quant à ceux qui ne sont pas familier avec l’histoire d’origine, voilà une BD qui saura satisfaire les petits lecteurs qui aiment avoir plus de dessins que de textes. Peut-être, même, cette version vous donnera-t-elle envie de découvrir la collection entière désormais disponible en coffret chez Kennes Editions ! 

Quoi qu’il en soit, voilà une bande dessinée très réussie, tant aux niveaux textuel et visuel qu’au niveau du passage « du livre à la BD ». Une déclinaison qui n’est pas une répétition inutile mais bien une façon nouvelle et imagée de faire connaissance avec Léa Olivier ! 

* En petit BONUS, sachez que la dernière page du tome comprend un lexique avec les mots et expressions québécois utilisés dans le livre. Pour apprendre la langue, rigoler ou simplement comprendre chaque phrase de l’histoire, voilà un petit plus bien apprécié !


La collection

LEA OLIVIER

115

Capture d’écran 2014-11-22 à 16.19.14

Ma chronique du tome 6

Ma chronique du tome hors-série sur « Les Copines »

51F9nTxwVZL


photo-2

7

Face aux Crocodiles, dites NON au harcèlement de rue !

La parenthèse BD

du samedi après-midi

#6

IMG_6980

  • Titre : Les Crocodiles
  • Auteurs : Thomas Mathieu
  • Editeur : Le Lombard
  • Sortie : octobre 2014
  • Nbr de pages : 174 pages

STOP au harcèlement de rue


Résumé de couverture

Thomas Mathieu illustre des témoignages de femmes liés aux problématiques comme le harcèlement de rue, le machisme et le sexisme ordinaire. Son travail s’inscrit dans un mouvement plus large de prise de conscience et d’une nouvelle génération de féministes qui utilisent internet pour réfléchir et informer sur des concepts tels le « slut-shaming » ou le « privilège masculin ». Dans ses planches, les décors et les personnages féminins sont traités en noir et blanc de manière réaliste tandis que les hommes sont représentés sous la forme de crocodiles verts. Le lecteur ou la lectrice est invité à épouser le point de vue de la femme qui témoigne et à questionner le comportement des crocodiles particulièrement quand ils endossent le rôle stéréotypé de dragueurs/prédateurs/dominants.


Mon avis

Si vous aussi vous en assez d’entendre des remarques sur votre profil ou votre façon de vous habiller dans la rue, de recevoir des regards déplacés lorsque vous êtes en lieu public, d’avoir peur de rentrer chez vous le soir en transports en commun… alors vous devez faire comme Thomas Mathieu le suggère : dire STOP au harcèlement de rue.

Avec cet album papier dérivé du Projet Crocodile (originellement créé sur Tumblr), l’auteur met en image ce problème de société trop longtemps ignoré. Une bande dessinée en nuances de gris qui ne comporte qu’une seule couleur : le vert. Chaque homme est ainsi représenté par un crocodile (pour savoir le pourquoi du comment de ce choix, veuillez consulter la page 156 du livre). De façon à visualiser immédiatement les comportements désagréables (ou presque illégaux) des hommes envers les femmes, cette technique remplit bien son rôle. Plus qu’un album que vous lirez dans son entièreté, cet ouvrage vous bouleversera ou choquera à un moment où à un autre. Car les histoires représentées dans le livre sont tirées de faits réels ou du moins, de comportements généralisés / caricaturés dont diverses filles ont déjà été victimes.

Si les statistiques se rapportant au harcèlement de rue ne sont généralement pas représentatives de la réalité (car beaucoup de personnes restent silencieuses face à de tels comportements), il est quand même sidérant de voir que 55% des femmes en Europe auraient déjà vécu du harcèlement sexuel au cours de leur vie (source : p. 162). Plus d’une femme sur deux donc ! Mais comme il est souvent « inutile » de porter plainte car le coupable ne sera jamais retrouvé, la plupart des victimes ne le font jamais savoir à la police / au public (sur un site web comme Hollaback ! par exemple).

Voilà pourquoi cet album est vraiment une idée géniale. Mettre à disposition du public des preuves du harcèlement de rue mais aussi des clés pour pouvoir y faire face (cfr. « Quelques stratégies », pp 133-153), on se demande pourquoi personne n’y a pensé plus tôt.

J’admire le courage de l’auteur qui a passé beaucoup de temps à lire et à analyser des récits de victimes pour pouvoir les mettre le mieux possible en image, que ce soit simplement dans le cadre de son blog ou bien dans le cadre de cet album. Tout le monde devrait être conscient de cette problématique et, commencer par acheter et lire cet album, semble une parfaite première étape.

Je recommande donc évidemment cet album à TOUT le monde. Que ce soit pour les filles qui ont déjà eu une expérience de ce genre (vous n’êtes pas les seules !), pour les garçons qui ne savent pas quel type de comportement est acceptable ou pas ou bien simplement pour avoir des indices sur « comment faire lorsque cela vous arrivera / arrivera à une de vos connaissances »… cette BD est une mine d’or.

Dans cet ouvrage plutôt épais pour une bande dessinée, vous pourrez donc trouver :

  • Une centaine de petites histoires mettant en scène des situations de harcèlement (que ce soit dans la rue, à la maison au sein du coupe, à une fête, à la piscine, dans le métro, au bureau, sur le lieu de travail…)
  • Un dossier dessiné sur les stratégies à adopter face au harcèlement de rue (que dire ? que faire ? quel comportement adopter ? comment réagir en tant que témoins ?)
  • Une réponse de Lauren Plume, auteur du blog lesquestionscomposent.fr, à la question « Pourquoi dessiner tous les hommes en crocodiles » ?
  • Un article de Irene Zeilinger, sociologue et formatrice d’autodéfense, intitulé : « L’élastique et le crocodile ».
  • Un article « Occupy the internet » par Anne- Charlotte Husson, militante féministe et auteure du blog Genre!
  • « Stop au harcèlement de rue », un article écrit par le collectif du même nom.
  • Et des notes de l’auteur (qu’il est bien de consulter pendant la lecture !) + une page dessinée surprise à la fin.

Touche-pas-a-ma-pote-c-est-quoi_article_full


 La séance de présentation du livre

  • Lieu : Librairie Brüsel Flagey
  • Date : 23 octobre 2014
  • Présentation du livre par l’auteur (Thomas Mathieu), Quentin Daspremont (co-directeur et coordinateur d’Hollaback! Brussels) et Morgan Di Salvia (ActuaBD).

IMG_6967

Un moment très intéressant qui m’a permis de découvrir l’auteur, le projet Crocodile depuis sa naissance sur son Tumblr et aussi le site web Hollaback! qui recueille quotidiennement des témoignages de harcèlement. Grâce à la super équipe qui s’occupe de ce site, chacun(e) peut venir se confier et partager des événements qui sont généralement difficile à raconter. On ne parle pas assez de ce problème de société qui est pourtant bien réel, que ce soit ici, à Bruxelles, ou dans d’autres villes belges, mais aussi dans la plupart des pays du monde. Un problème global qui, grâce à ce projet et cet album, est enfin mis à la lumière du jour, sous les yeux des médias, du monde politique et de toute la société. Merci donc à toutes les personnes qui se battent quotidiennement pour mettre fin au harcèlement de rue et merci aussi à ceux et celles qui tentent d’aider les personnes qui en sont victimes.

IMG_6969

Suivi d’une séance de dédicace

Merci Thomas Mathieu !

FullSizeRender

  • PS : En bonus, je vous mets une photo de ses magnifiques chaussettes

IMG_6971


photo-2

3

[Gilles Paris] – Coup de coeur BD pour « Le Château des Etoiles » (vol.I)

La parenthèse BD du samedi après-midi #6

9782369810131_cg

 Le Château des Etoiles

1869 : La conquête de l’espace (Vol. I)

Auteur : Alex Alice
Editeur : Rue de Sèvres
Parution : 24 septembre 2014
Nombre de pages : 64 pages


En partenariat avec 

Capture d’écran 2014-08-08 à 12.14.40

que je remercie pour l’envoi de cette nouveauté à paraitre

dès le 24 septembre 2014

Commandez-le sur Amazon


Ma note  : Capture d’écran 2014-05-22 à 07.48.21
Coup de coeur

Mon avis

Une vraie merveille ! Mieux qu’un bout de gâteau au chocolat, cet album est un véritable délice ! Tant à travers l’aspect graphique que par l’histoire elle-même, l’auteur fait transparaitre tout son talent et son savoir-faire. Prépublié sous forme de journaux, Le Château des Etoiles mérite vraiment d’apparaitre au public dans cet album grand format qui est tout simplement magnifique. Avec son fond bleu en papier-tissu et ses dessins mis en évidence avec une couche de brillant-lisse, la couverture est un régal pour les yeux et pour les mains. Mais la raison pour laquelle il est littéralement impossible de ne pas tomber amoureux de cette bande dessinée réside dans le contenu qui, entièrement réalisé à l’aquarelle par Alex Alice, vous coupera le souffre.

Un palette de couleur variée et douce, une originalité dans la mise en page des cases et des bulles, une précision infinie dans le détails de certains dessins et des décors stupéfiants dans lesquelles agissent des personnages attendrissant : voilà à quoi vous pouvez vous attendre en ouvrant ce livre. Quand à l’histoire elle-même, nul ne pourra résister à l’attrait de cet conquête de l’espace.

photo 1

Dans les pas de Jules Verne, l’auteur nous embarque dans l’éther, cet endroit situé haut dans le ciel, plus loin que les nuages et les étoiles. Grâce à un engin spatial sensé s’envoler à plus de 11.000 mètres dans les aires, la conquête de l’espace est toute proche. Mais pas sans danger. Car l’aventure commence lorsque la mère de Séraphin disparait dans son ballon de haute altitude. Persuadé de pouvoir conquérir ce territoire appartenant au monde des rêves, le roi Ludwig de Bavière demande au père de Séraphin de construire un engin de plusieurs tonnes, capables de se rendre là-haut.

photo 3

Une histoire d’aventure avant-tout, qui vous fera découvrir des décors magnifiques (comme le château du Roi qu’on appelle « Le Rocher du Cygne »), mais qui mêle également camaraderie, amitié et humour ! Car outre son talent avec les pinceaux, l’auteur a le don de créer des personnages sympathiques et d’arriver à faire sourire et rire son lecteur même dans les moments les plus stressant. Plus qu’une création de l’imaginaire, son récit prend place dans le monde que nous connaissons avec des apparitions et mentions de personnalités historiques (Bismarck et Sisi l’Impératrice notamment) qui donnent à cette aventure une certaine profondeur.

photo 2

En résumé, voici une bande dessinée qui sort vraiment de l’ordinaire grâce à son histoire magique et son dessin digne des plus illustres peintres. Inutile de vous poser la question, c’est une valeur sure qui fera la joie de petits et grands. En cadeaux ou pour votre plaisir personnel, osez découvrir Le Château des Etoiles !

photo 4

atouchofbluemarine

23/08/14


Une histoire en deux volumes 

photo


I just can’t stop reading… 
2

[La parenthèse BD du samedi après-midi] – ALISIK (Tome 1 et 2)

La parenthèse BD

du samedi après-midi

#5

photo 3

Dans la joie et la bonne humeur … Alisik, une BD qui parle de mort où on ne peut pas s’empêcher de sourire et de s’émerveiller. 

photo 2

  • Titre : Alisik (Automne – Hiver)
  • Auteurs : Vogt & Rufledt
  • Editeur : Le Lombard
  • Sortie : 2013 (tome 1) et 2014 (tome 2)
  • Nbr de pages : 88 pages

Note : Capture d’écran 2014-05-22 à 07.48.21


Résumé du tome 1 (site du Lombard)

Alisik se réveille une nuit dans un cimetière. Un peu effrayée, elle décide de s’enfuir au plus vite. Mais, rapidement, elle se rend compte qu’aucun vivant ne la voit. Et pour cause, Alisik est morte. Pire, elle est coincée entre enfer et paradis, en attente du jugement de Mr. Mortis, lequel tarde à venir. En attendant, elle et ses nouveaux amis, tous dans le même cas, vont devoir sauver le cimetière de la destruction. Pour cela, elle peut compter sur l’aide de Ruben, un jeune aveugle, seul vivant capable de l’entendre, et qui ne la laisse pas indifférente…

photo 1


Mon avis

On pourrait penser qu’Alisik est une BD morbide, triste et sombre… vu que l’intrigue a lieu dans un cimetière et que le personnage principal est une jeune fille décédée. Mais non. Alisik, est une série de bande dessinée pleine d’humour, de douceur et qu’on pourrait même décrire comme joviale. Une petite sortie au centre commercial la nuit pour aller acheter des vêtements dans le tome 1, des chansons et un échange de cadeaux de Noël dans le second… Pas vraiment le quotidien ordinaire d’une bande de cadavres qui attendent le jugement dernier. Mais c’est bien pour ça qu’Alisik est une histoire pas comme les autres. Les personnages sont tous plus originaux les uns que les autres : Frings, le Général, le Grand Muet, Allumette et bien sûr la fameuse Mamie… Un groupe très éclectique dont on en apprend un peu plus à chaque tome et qui forme une bande bien solidaire, toujours prête à accueillir et soutenir les nouveaux arrivants.

Si l’histoire peut sembler un peu simple de prime abord, on se rend compte petit à petit (surtout avec les informations qu’on découvre dans le tome 2) que les auteurs ont pensé à tout dès le départ et que l’intrigue est bien recherchée. Avec Hiver, on a à nouveau la chance d’en découvrir plus sur le passé des personnages et surtout sur la façon dont Alisik est morte. Qui est-elle ? Comment se fait-il qu’une jeune fille de 15 ans se retrouve dans le tombeau ? Certaines questions trouvent enfin leur réponse. Et puis, on retrouve aussi Ruben, le jeune garçon aveugle qui ne se doute de rien mais qui aidera (sans s’en rendre compte) Alisik à découvrir ses origines.

Mais la raison principale pour laquelle Alisik est une série géniale et hors du commun, ce n’est pas pour l’histoire en soi (même si cette dernière est tout de même bien agréable) mais bien pour le dessin, la présentation et la mise en page. On est loin d’une BD à « lignes claires » où chaque case est bien déterminée par un bord blanc et où les pages sont similaires graphiquement du début à la fin. Non. Alisik se démarque par son caractère original dans les pages chapitres, les interludes, les flash-backs qui sont dans d’autres tons et les pages entières qui ne comportent aucune case. La palette de couleur est également singulière et fantaisiste ce qui rend l’ensemble plus que magique.

En bref, une série dessinée qui sort du lot, comme on en voit rarement et qui vaut vraiment le détour. Une petite merveille d’un point de vue graphique. Une saga qui vous envoutera. Et un petit BONUS : les couvertures ont des petites touches en relief et le titre en brillant ce qui rend le livre-objet particulièrement sympathique. La preuve :

photo-2


 En octobre 2014 …

Tome 3 – Printemps

alisik-tome-3-printemps


photo-2